Déploiement de la fibre optique : l’Autorité de la concurrence enquête sur SFR

Suite à une plainte de Bouygues Telecom, l’Autorité de la concurrence serait en train qu’enquêter sur SFR qui aurait ralenti le déploiement de la fibre FTTH.

En vertu de l’accord conclu en 2010, il était prévu que SFR et Bouygues Telecom co-déploient la fibre FTTH jusqu’à l’abonné, le premier devant se charger de la partie technique en assurant le raccordement du réseau horizontal (fibre dans les trottoirs) au réseau vertical (dans les immeubles) alors que le second finance lui les adductions.

Entre temps, le rachat de SFR par Numericable est passé par là, une opération qui n’aurait pas dû entraver l’accord sur le déploiement de la fibre FTTH en vertu du feu vert donné à ce rachat par l’Autorité de la concurrence.

Pourtant, aujourd’hui, Bouygues Telecom dénonce un ralentissement du déploiement de la fibre FTTH par SFR, une situation qui a fait que l’opérateur a été jusqu’à porter plainte auprès de l’Autorité de la concurrence. Cette dernière aurait décidé d’enquêter sur la question.

Alors que Numericable ne devait pas entraver l’accord conclu par SFR, Bouygues Telecom déplore « de gros ralentissements de déploiement » qui mettent « en péril le respect des engagements ».

L’Autorité va donc devoir enquêter sur la question, déterminer si ce ralentissement est bel et bien réel, puis déterminer si sa cause est un problème d’organisation suite au rachat de SFR, ou une volonté de nuire à son concurrent, voir une autre raison encore.

En attendant que l’Autorité vérifie le respect des engagements de SFR, Bouygues Telecom annonce qu’il ne devrait pas atteindre son objectif de raccorder 2 millions de foyers en fibre FTTH d’ici la fin 2015.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentLa nouvelle arme marketing de Pepsi : un smartphone !
Article suivantPolémique : faut-il tuer les animaux rares au nom de la science ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here