Des chercheurs prouvent que la vie sur Terre pourrait avoir commencé par l’impact d’une comète

Alors que les scientifiques ont pendant longtemps cru que les éléments constitutifs de la vie sur Terre a été ensemencée par des comètes, des chercheurs prouvent aujourd’hui que c’est possible.

Cela fait longtemps que la théorie de la création de la vie sur Terre évoque, il y a environ 4 milliards d’années, des comètes qui ont bombardé notre planète. Sous la pression énorme des impacts, les molécules transportées auraient pu se scinder pour produire les éléments constitutifs à l’ADN.

Alors que notre ADN est composé de quatre nucléobases (adénine, guanine, cytosine et thymine) qui se rejoignent en paires à barreaux pour former l’échelle de la double hélice, une équipe de l’Institut Central européen de la technologie, en République tchèque a utilisé un laser à haute puissance pour reproduire les forces en travail lorsqu’une comète frappe la surface de la Terre. Le résultat est qu’ils ont réussi à casser du formamide pour créer trois des nucléobases qui composent notre ADN. Seule la thymine manquait.

Par cette expérience, les scientifiques déclarent que son résultat « résout un problème central dans la recherche de l’origine de la vie » en montrant que le seul impact d’une météorite ou une comète peut transformer un simple élément chimique en une partie de notre alphabet génétique.

« La coïncidence de la période du Grand bombardement tardif (LHB) et l’émergence de la vie terrestre, il y a environ 4 milliards d’années, suggère que les impacts extraterrestres pourraient avoir contribué à la synthèse des éléments constitutifs des premières molécules qui ont donné la vie », a déclaré le Dr Svatopluk Civis, principal auteur de cette étude. « Nos résultats démontrent que des impacts extraterrestres, qui étaient plus abondants lors de la période LHB par rapport à avant et après, ne pouvaient pas seulement détruire les anciennes formes de vie existantes, mais pouvaient également contribuer à la création de molécules biosynthétiques », ajoutant que « En conclusion, tous ces résultats suggèrent que l’émergence de la vie terrestre n’est pas le résultat d’un accident, mais une conséquence directe des conditions sur la terre primordiale et de ses environs ».

Les résultats de cette étude ont été publiés dans la revue Proceedings de la National Academy of Sciences.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentLes téléphones mobiles ne seraient pas si nuisibles que cela pour la santé
Article suivantMars : Curiosity démontre qu’il y a eu des rivières, mais aussi des lacs

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here