Des handicapés paralysés arrivent à contrôler un curseur d’ordinateur par la pensée

Grâce à un réseau d’électrodes implanté dans le cortex moteur, deux handicapés paralysés sont parvenus à déplacer le curseur sur l’écran d’un ordinateur.

En 2011, Cathy Hutchinson, une Américaine tétraplégique, avait pu actionner un bras robotisé grâce à un réseau d’électrodes implanté dans le cerveau, une prouesse qui avait été réalisée dans le cadre d’un projet de recherches du groupement de recherche BrainGate2 visant à développer des outils pour la mobilité, la communication et l’autonomie des personnes handicapées. Depuis, la technologie s’est améliorée.

Comme l’explique Jaimie Henderson, de l’université de Stanford et un des auteurs de l’article paru dans la revue Nature Medicine, « les systèmes d’interprétation des ondes cérébrales ont été fortement améliorés pour permettre un contrôle plus rapide et plus précis du curseur sur l’écran ».

C’est ainsi que deux handicapés paralysés se sont fait implanter un réseau d’électrodes implanté dans le cortex moteur, des dispositifs qui ont permis de décoder les signaux émis par cette partie du cerveau qui contrôle les mouvements. En imaginant un mouvement, ils ont ainsi pu déplacer un curseur sur l’écran d’un ordinateur.

Comme le précise le groupe d’universitaires américains à l’origine de cette performance, « Ce type de prothèse cérébrale, qui fonctionne grâce à un appareillage électronique, pourrait améliorer la qualité de vie des personnes paralysées en leur permettant de contrôler à distance des ordinateurs, voire des membres », ce qui est annonciateur d’une forme d’autonomie pour ces personnes.

Pour les chercheurs, le premier pas consiste à permettre un jour aux personnes paralysées de « contrôler des appareils dans leur environnement », avec l’espoir qu’à l’avenir il sera peut-être envisageable de contrôler un bras artificiel de la même manière qu’un curseur d’ordinateur, voire même pouvoir rétablir un « lien » entre le cerveau et un membre paralysé.

« Cet exploit représente une avancée vers l’un de nos buts qui est de permettre à un utilisateur paralysé de contrôler à volonté un ordinateur en déplaçant un curseur et en cliquant », a encore souligné Jaimie Henderson.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentC’est ce mercredi qu’OS X El Capitan va succéder à Yosemite
Article suivantTwitter : passage aux tweets de plus de 140 caractères ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here