E-commerce : Google veut venir sur les platebandes d’Amazon

En matière d’e-commerce, Google est en perte de vitesse face à Amazon. Cela n’empêche pas la firme de Mountain View de chercher des solutions pour inverser cette tendance.

Alors que la croissance continue dans le domaine de l’e-commerce, il est important de continuer à séduire les internautes-acheteurs. C’est ce qu’a su faire Amazon en devenant un réflexe d’achat pour les Américains qui veulent acheter en ligne.

Détrôné par Amazon dans l’e-commerce, Google ne compte pourtant pas se laisser distancer, voir pourquoi pas remonter la pente. C’est pour cette raison que la firme de Mountain View plancherait sur plusieurs solutions pour relance son Google Shopping.

Une première approche serait la mise en place d’un bouton « Buy Now », un bouton qui permettrait aux internautes de faire un achat en 1 clic, une fonctionnalité qui est justement déjà proposée par Amazon. Cette solution permettrait à un acheteur de simplement cliquer sur un bouton pour faire un achat, sans passer par un site tiers.

Selon le Wall Street Journal, Google ne compte pas pour autant s’occuper de la logistique. Ce seraient des prestataires externes qui seraient chargés de la vente. La firme de Mountain View serait actuellement en négociations avec plusieurs acteurs de la vente en ligne dans le but de mettre en place cette fonctionnalité.

Google pourrait par ailleurs s’inspirer du programme Prime d’Amazon, cet abonnement qui assure une livraison en moins de 48 heures. Ce service signifierait clairement que le géant de l’internet compte venir empiéter sur les platebandes d’Amazon.

Il ne s’agit pour le moment que d’affirmations formulées par le Wall Street Journal, des informations que Google n’a pour le moment pas voulu commentées. Est-ce que ces innovations vont prochainement débarquer ? C’est fort possible. Il reste à savoir quand.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentMobilitics : une enquête révèle la curiosité des applications Android
Article suivantWordPress : l’exploitation d’une faille contribue au blacklistage de 11 000 domaines

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here