e-Commerce : Twitter adopte aussi le bouton « Buy now »

À l’instar de Facebook qui teste également un bouton « Buy now », Twitter va en faire de même dans le but bien évidemment d’accroitre ses revenus.

La monétisation des utilisateurs est au cœur de toutes les attentions des réseaux sociaux. C’est donc sans surprise que les mêmes recettes sont appliquées par tout le monde. Après la publicité, c’est au tour de l’e-commerce de s’inviter directement dans les applications.

À l’instar de Facebook qui teste un bouton « Buy now », Twitter va en faire de même avec son propre bouton, un bouton qui va permettre aux utilisateurs de faire des achats directement à partir de tweets publiés sur le réseau social.

À l’heure actuelle, le test ne porte que sur un petit groupe d’utilisateurs aux États-Unis avec des partenaires commerciaux tels que Burberry, The Home Depot ou encore le rappeur Eminem.

Cette annonce interroge bien évidemment, notamment au sujet de la protection des données collectées lors des paiements, des données particulièrement sensibles vues qu’elles pourraient permettre l’identification des véritables noms des utilisateurs. Si Twitter répond que ces données ne seront pas visibles des autres membres du réseau, le doute semble permis…

Le site de microblogging annonce par ailleurs être en train de collaborer avec la start-up Stripe pour concevoir une solution qui permettrait aux utilisateurs de ne pas devoir ressaisir toutes les informations de paiement à chaque tweet d’achat, une solution qui pourrait passer par le stockage des coordonnées bancaires sous une forme cryptée.

Alors que Google et Facebook sont pour le moment plébiscités par les annonceurs, Twitter semble jouer son va-tout pour rester dans la course à la monétisation des utilisateurs, de faire valoir sa réactivité quasi immédiate face à l’actualité.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentAntiradars : la justice s’attaque aux utilisateurs Facebook
Article suivantApple : à quand la commercialisation des nouveaux produits ?
Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here