Edward Snowden : une autre fuite à la NSA ?

Alors que les révélations d’Edward Snowden font encore couler beaucoup d’encre, certains éléments laissent à penser qu’il existerait une autre fuite au sein de la NSA.

Est-ce que les révélations d’Edward Snowden auraient fait des émules ? C’est en tout cas ce que laisse penser un faisceau d’indices.

L’existence de cet autre Edward Snowden, qui serait toujours dans l’ombre, trouve sa source dans l’enquête menée par trois experts qui se sont penchés sur le code source de XKeyScore, un outil de la NSA pour suivre n’importe quel internaute, y compris via le réseau d’anonymisation Tor. Alors qu’Edward Snowden n’a rien révélé au sujet de cet outil, sur quoi c’est basé le travail de Jacob Appelbaum, Aaron Gibson et Leif Ryge ?

C’est ainsi que le journaliste Cory Doctorow évoque un autre expert qui annonce la possibilité que « cette fuite peut provenir d’une seconde source, pas d’Edward Snowden, dans la mesure où il n’a pas proposé cette information dans ses documents et que d’autres éléments paraissent ne pas provenir des éléments rapportés par Snowden ».

Pour autant que cela s’avère vrai, cela signifierait que Snowden soit la toute première personne à faire fuiter des documents de la NSA, mais qu’il ne soit pas le seul, qu’une seconde source potentielle en ferait de même.

Si rien ne confirme formellement cette possibilité, Bruce Schneier, un expert en sécurité informatique mondialement reconnu, écrit sur son blog « Je ne crois pas que les informations sur XKeyScore proviennent des documents de Snowden. Je pense qu’il y a un deuxième lanceur d’alerte quelque part ».

À cela, il faut ajouter certaines récentes révélations du journal allemand Der Spiegel qui ne s’appuient pas sur des informations en provenance des documents livrés par Edward Snowden, par exemple le protocole d’accord conclu entre la NSA américaine et le BND allemand.

Alors que la vie d’Edward Snowden a profondément été bouleversée depuis sa sortie de l’ombre, qu’en est-il de cette seconde source potentielle ? Tout ira bien pour elle tant que son identité n’est pas connue de la NSA, mais qu’arrivera-t-il si les informations à son sujet deviennent trop précises au point de mettre son identité en danger ?

Votes
[Total : 1 votes en moyenne : 5]
PARTAGER
Article précédentLes pratiques de Facebook inquiètent
Article suivantFacebook Messenger s’adapte enfin à l’iPad

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here