Existe-t-il un univers parallèle où le temps recule ?

Selon des recherches menées par scientifique britannique, le Big Bang qui a créé notre univers pourrait avoir créé un univers parallèle où le temps recule.

C’est dans le journal Physical Review Letters qu’une nouvelle théorie sur le Big Bang originel est expliquée. C’est sous l’intitulé « Identification of a Gravitational Arrow of Time » qu’une équipe scientifique de renommée mondiale dirigée par le Dr Julian Barbour pose une nouvelle hypothèse sur notre compréhension de la création de l’univers.

Par le biais de cette théorie, ces scientifiques suggèrent qu’il est possible que le Big Bang qui a créé notre univers puisse avoir créé un univers parallèle où le temps recule. Cette théorie se base sur le fait que le temps pourrait être symétrique et, par conséquent avancer et reculer. Ils font valoir qu’il n’existe actuellement aucune raison scientifique qui prouve qu’un univers miroir n’ait pas pu être créé en même temps que le nôtre, mais ne manière distincte.

Si imaginer l’existence d’un monde parallèle peut encore sembler possible, le fait que le temps y recule semble par contre plus difficile à concevoir hormis par le fait que rien ne l’empêcherait en considérant que le temps puisse être symétrique.

Le Dr Julian Barbour explique que l’hypothèse de l’univers miroir est une possibilité parfaitement réelle vu qu’elle n’enfreigne aucune des lois de la physique, ce qui signifie qu’il n’existe aucun obstacle scientifique à cette idée d’univers parallèle. « Le temps est un mystère. Fondamentalement, toutes les lois connues de la physique sont exactement les mêmes, quelle que soit la façon dont le temps s’exécute alors que tout va dans un sens dans le monde dans lequel nous vivons ».

Le Dr Julian Barbour reconnait également que localiser les « autres » sur le plan pratique est une question tout à fait différente. « Nos résultats ne font part que du principe », ajoute-t-il.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentTwitter se déchaîne pour la garde à vue de Guillaume Peltier
Article suivantLe canon laser de l’US Navy accède au statut d’arme opérationnelle

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

7 Commentaires

  1. C’est un domaine précédemment abordé par d’autres scientifiques…
    Je vous renvois vers les travaux de ces deux savants (1) :

    – Jean-Pierre PETIT (2): « Univers jumeaux éniantomorphes à flèches du temps opposées. », CRAS Paris 1977 mais surtout son ouvrage (excellent et de lecture aisément abordable) : « On a perdu la moitié de l’univers »

    – Andreï SAKHAROV : « Cosmological model of the Universe with a time vector inversion », ZhETF, 79 : 689-693 (1980) ; traduction un Sov. Phys., JETP, 52 : 349-351 (1980)

    Finalement, il est peut-être bon d’explorer à nouveau des voies délaissées par la majorité de nos théoriciens actuels. Cela permettra peut-être aussi de lever le voile sur quelques « mystères » de notre Univers (matière et énergie noires, red shifts anormaux, maintien des amas galactiques ou des galaxies dans l’espace, etc…)

    (1) « Savants » car leurs compétences dépassent largement le domaine de l’astrophysique…
    (2) Perso je considère JP PETIT comme le « lanceur d’alerte » dans certains domaines le plus compétant que j’ai croisé ces 15 dernières années sur le Net et à travers ses ouvrages. Mis au placard, après des années à essayer de faire entendre sa voix, dégoûté par le refus de débat et de publication de toute cette clique pseudo-scientist qui peuple le monde actuel de la Recherche, mais aussi par manque de soutien, il a décidé il y a peu de ne plus s’exprimer… Je salue ici la personne et son travail.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here