Facebook : arrivée des « je veux » et des « j’achète »

Après les « j’aime », Facebook travaille actuellement sur un nouveau bouton « je veux » qui sera associé aux photos de produits de sociétés partenaires afin d’ouvrir de nouvelles perspectives dans la monétisation du réseau social.

À la recherche de nouvelles sources de revenus, le « j’aime » ne suffit pas alors même qu’il est cliqué 2,7 milliards de fois par jour. À la recherche de nouveaux moyens pour monétiser son réseau, le site a confirmé hier mardi être en train de travailler sur la mise en place d’un bouton « je veux ».

Ce nouveau bouton « je veux » permettra de placer des produits dans une nouvelle liste, la Wishlist ou liste des souhaits en français.
L’utilisateur pourra également opter pour « je collectionne », dans ce cas le collectionneur pourra virtuellement partager sa liste de produits fétiches sur sa page ou avec ses amis.

Pour finir, le « j’achète » permettra d’aller directement sur le site d’achat des produits en question.

« Nous avons vu que les entreprises utilisent souvent les pages pour partager des informations sur leurs produits à travers les albums photo. Aujourd’hui, nous commençons un petit test qui permet à quelques entreprises de partager ces informations via ces nouvelles fonctionnalités », explique un des porte-parole de Facebook.

De fait, depuis son entrée en Bourse le 18 mai dernier, Facebook se réoriente en profondeur vers la monétisation de son milliard d’utilisateurs actifs, même si selon certains analystes, Mark Zuckerberg n’a pas su aborder le virage de la mobilité.

Pour l’heure, comme l’a dit le porte-parole du réseau social, il ne s’agit que de test et il faudra voir avec le temps comment Facebook compte tirer bénéfice de ces nouveaux boutons et comment l’utilisateur va les percevoir.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentGoogle : une tablette 10 pouces ?
Article suivantSamsung : lancement du Galaxy S3 Mini aujourd’hui ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here