Facebook : une fonctionnalité de transports pour Messenger, en partenariat avec Uber

Aux États-Unis, Facebook dote son application de messagerie Messenger d’une fonctionnalité de transports. Elle est proposée en partenariat avec le service de réservation de voitures avec chauffeur Uber.

Facebook ajoute régulièrement de nouvelles fonctionnalités à son application de messagerie Messenger, comme un service de paiements mobiles entre amis, l’intégration de commerçants sélectionnés, de marques et d’hôtel, etc. Aujourd’hui, le réseau social annonce l’ajout d’une fonctionnalité de transports. « Aujourd’hui, nous étendons les services disponibles pour vous avec le lancement de transports sur Messenger. Avec ce nouvel outil, vous pourrez réserver un trajet en voiture sans avoir besoin de télécharger une application supplémentaire ou de quitter une conversation », précise le communiqué de la firme de Menlo Park.

Pour proposer cette fonctionnalité de transports, Facebook s’est associé à un partenaire, et pas le moindre. Il s’agit d’Uber, le service de réservation de voitures avec chauffeur. Cette alliance s’inscrit dans le cadre de tests qui seront menés dans les villes américaines où le service de réservation de voiture est présent. Donc, pour l’heure, cette offre n’est disponible qu’aux États-Unis. Néanmoins, le réseau social promet « davantage de pays et davantage de partenaires de transports » dans un avenir proche.

« Avec la possibilité de commander, suivre et payer pour un trajet dans Messenger, nous rendons les transports aussi simples que l’envoi d’un message », indique encore Facebook. Concrètement, dans Messenger, il suffit de passer par le menu pour sélectionner « Transport », et de taper sur l’icône pour commander une voiture.

Alors qu’Uber est toujours au centre de la controverse, cette alliance avec Facebook va certainement relancer les hostilités. En effets, ses concurrents ne vont certainement pas apprécier ce partenariat.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentFacebook ajoute un filtre à mauvais souvenirs à son générateur de rétrospectives
Article suivantUn conducteur toujours obligatoire, même pour les voitures totalement autonomes

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here