Facebook : reconnaissance de la baisse d’intérêt des jeunes utilisateurs

Cela fait déjà un certain temps que les sondages révèlent que les jeunes utilisateurs de Facebook se détournent du réseau social. Pour la première fois, Facebook reconnait cette tendance.

En présentant ses bons chiffres du troisième trimestre, Facebook a su démontrer tous ses progrès dans la publicité mobile. Par contre, jetant une ombre sur ces résultats, c’est les propos de David Ebersman, le directeur financier, qui ont retenu toute l’attention.

En effet, lors d’une téléconférence avec des analystes, ce dernier a avoué que l’utilisation de Facebook est dans l’ensemble stable, mais qu’« une baisse de l’usage quotidien, spécialement parmi les plus jeunes adolescents, a été remarquée ».

David Ebersman n’a pas donné de chiffre à ce sujet, mais, au début du mois, une étude de la banque d’affaires Piper Jaffray avait révélé que Twitter avait détrôné Facebook dans le cœur des adolescents américains, respectivement 26% contre 23%.

Il n’en a pas fallu plus pour doucher l’enthousiasme des investisseurs au point de faire perdre 0,71% à 48,66 dollars au titre Facebook, alors que sa valeur avait commencé par s’envoler de plus de 10% immédiatement après la publication des résultats trimestriels.

Tags

Articles similaires

Un commentaire

  1. Pourquoi je n’aime pas Facebook ?

    J’en ai marre de recevoir des notifications toutes les minutes pour des jeux auxquels je ne joue pas (et auxquels je ne jouerais JAMAIS !)

    J’en ai marre d’être invitée à des manifestations auxquelles je n’irais jamais (comme les soirées « spéciales », en boite… euh… mais allô quoi… comme dirait l’autre)

    Je n’aime pas voir les gens qui se plaignent en permanence parce qu’ils ont mal au bide/à la tête/aux oreilles/aux orteils… Comme tout le monde non ? Mais pourquoi le balancer sur la toile ? Au cas où un « ami » ait une formule magique ?

    Avec Facebook nous n’avons plus de vie privée. Parce que, même si toi tu ne mets rien, un de tes amis le fait à ta place…

    Je n’aime pas voir des photos hideuses de moi là dessus sans mon accord…

    Je ne supporte pas de savoir que mes informations sont utilisées librement.

    Toutes ces pages / groupes qui envahissent nos murs m’énervent… Très intéressant pour mon épanouissement personnel de savoir que Untel « Aime la choucroute » ou Unetelle « Déteste la confiture d’abricot »

    Facebook tue la communication… la vraie je veux dire… « Tu m’as supprimé de Facebook alors c’est plus la peine de me dire bonjour, OK ?! »… « Pourquoi tu n’as pas accepté ma demande sur Facebook ? Je croyais pourtant que nous étions amis ? » … « J’ai vu que tu avais fait une fête hier soir… et tu ne m’as pas invité… » Ça m’est arrivé dernièrement… Une « amie » m’a fait la gueule parce que je ne répondais pas à ces messages sur Facebook… Autrement dit, elle m’a rayée de sa vie réelle parce que je ne partageais pas vie virtuelle…

    Je n’aime pas être totalement accro à ce truc au point de l’avoir ouvert en permanence sur mon ordi, sur mon portable, sur ma tablette, etc. Comme si c’était devenu LE truc indispensable au bon déroulement de mon quotidien… Parce que OUI je suis totalement ACCRO à ce truc…

    Heureusement je ne suis pas la seule… Découvrez (ou redécouvrez) Facebook m’a TUÉ

    Facebook est juste une « Mise en scène de ta vie »… Avec des petits riens, tu écris l’histoire à ta sauce… Tu partages des choses sans intérêt avec ta (tes?) centaine(s) d’amis sans prendre le temps de réfléchir. Tu cherches de la compassion sans arrêt (« J’ai cassé mon pot de nutella» / « Coincée depuis une heure dans les embouteillages »), mais franchement tout le monde s’en tamponne le coquillage…
    Facebook ou comment rendre ta vie plus intéressante aux yeux des autres…

    Facebook est une drogue… Tu postes un lien ou un statut et tu attends que quelque chose se passe. Tu attends une « notification », un signe de reconnaissance. Ça te donne un peu plus l’impression d’exister. Tu existes pour quelqu’un. Des gens s’intéressent à toi, à ce que tu racontes, à ta vie. C’est rassurant dans un sens, on se sent moins seul. Et on passe des heures devant son ordinateur, à patauger dans un monde virtuel au lieu de regarder par la fenêtre la vraie vie qui s’écoule. On se sent moins seul, mais on le devient de plus en plus…

    En écrivant ce commentaire, j’ai découvert qu’il y avait même une page Anti-Facebook sur Facebook… Cherchez l’erreur…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité