Facebook : une monétisation qui stimule les investisseurs

Suite aux forts doutes émis par les investisseurs sur la capacité de Facebook à pouvoir monétiser se utilisateurs, le titre boursier du réseau social a toujours été au-dessous de sa valeur de lancement. Aujourd’hui, la situation semble de rétablir.

Introduit à la Bourse de New York le 18 mai 2012 au cours de 38 dollars, le titre Facebook avait très rapidement plongé pour atteindre 17,73 dollars en septembre, sa cotation la plus basse. Cette dégringolade était essentiellement motivée par les doutes sur la capacité de Facebook à pouvoir monétiser ses utilisateurs.

Pourtant, résultats trimestriels après résultats trimestriels, les résultats financiers de Facebook démontrent que le réseau social a réussi à monétiser ses utilisateurs, essentiellement par l’intermédiaire de la publicité. C’est ainsi que le titre a progressivement pris l’ascenseur, s’octroyant même le luxe de bondir de 30% jeudi dernier suite à la publication de ses résultats trimestriels.

Grâce à la dernière annonce de Facebook, son intention d’entrer sur le créneau des jeux mobiles, le titre Facebook a même atteint les 37,96 dollars en cours de séance, un niveau proche de son prix de lancement.

Si Facebook semble donc sur la bonne voie de sa monétisation, qu’en est-il de l’utilisateur final qui se lasse d’être pressé comme une orange avec toute cette publicité de plus en plus envahissante ? Pardon, c’est juste, l’avis de l’utilisateur ne rendre pratiquement jamais dans les considérations des analystes boursiers, seul l’argent et la rentabilité qui comptent !

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentiPhone low-cost : le plastique définitivement à l’honneur
Article suivantKindle Fire HD : une offensive sur les performances

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here