Facebook : une nouvelle politique de confidentialité qui maintient l’opacité

Qui dit nouvelle politique de confidentialité ne dit pas forcément plus de transparence. C’est le cas de Facebook qui impose toujours une certaine opacité en n’expliquant pas ce qui est exactement fait des données des utilisateurs.

Alors que de nombreux utilisateurs ne prennent jamais la peine de lire les règles d’utilisation et la politique de confidentialité d’une application ou d’un service, ce n’est pas forcément le cas avec Facebook qui a déjà réservé de belles coquilles. Dès lors, le fait d’apprendre que le réseau social va instaurer une nouvelle politique de confidentialité laisse espérer que celle-ci sera un peu plus transparente.

Alors que dans son message Facebook tente avant tout nous convaincre que sa politique est nécessaire pour améliorer la qualité de ses services, la réalité est surtout que rien n’est dit sur ce qu’il advient des données personnelles des utilisateurs, que pas un mot n’est dit sur la collecte et la vente d’informations aux annonceurs, pas plus sur le transfert des données entre les différents services appartenant au réseau social (Facebook, Instagram, WhatsApp, etc…), ni sur ce qui passe entre les applications liées lorsqu’on utilise le fameux bouton « Connect with Facebook ». De fait, en acceptant les règles d’utilisation du réseau social, on s’engage à signer un accord tacite avec le réseau pour qu’il fasse ce qu’il veut de nos données personnelles en contrepartie de ses services gratuits.

Si Facebook génère du chiffre d’affaires avec des services gratuits, c’est bien parce qu’il monétise les données de ses utilisateurs !

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentWindows 10 Pro : Microsoft proposera un magasin d’applications paramétrable
Article suivantTaxi de l’année 2014-2015 : la Peugeot 308 SW rafle la mise

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here