Fairphone : un second smartphone équitable

Après avoir déjà proposé le Fairphone, l’entreprise néerlandaise éponyme va proposer le Fairphone 2, un smartphone qui sera toujours équitable.

Pour se démarquer de la concurrence, l’entreprise néerlandaise Fairphone a décidé de proposer des appareils équitables. C’est ainsi que de la première version du Fairphone a été proposée, un smartphone qui s’est écoulé à plus de 60 000 exemplaires.

L’entreprise annonce vouloir remettre ça avec un Fairphone 2, un nouveau smartphone qui se veut toujours équitable.

Pour cette seconde génération, Fairphone annonce que « le Fairphone 2 intégrera et améliorera les initiatives entreprises avec le premier modèle, comme l’approvisionnement de minéraux « sans conflits » en provenance de République démocratique du Congo et la poursuite du programme de recyclage des déchets électroniques débuté au Ghana ».

Plus concrètement, le Fairphone 2 sera doté d’un écran full HD de 5 pouces, d’un processeur Qualcomm quad-core SnapDragon 801 épaulé par 2 Go de RAM, un espace de stockage de 32 Go extensible par microSD. Il fonctionnera sous Android 5.1 Lollipop en disposera d’un double emplacement SIM, de la 4G et de deux capteurs photo.

Fairphone précise que l’appareil a droit à un nouveau design qui rendra inutile une coque de protection supplémentaire.

Comme le prouve la vidéo, Fairphone encourage les utilisateurs à réparer leur appareil, c’est pour cette raison qu’ils peuvent ouvrir le smartphone pour changer la batterie ou réparer ce qui est susceptible d’être défectueux, l’écran ou le haut-parleur par exemple.

Il est prévu que le Fairphone 2 soit commercialisé dès cet automne au prix de 525 euros et qu’il soit disponible en précommande à partir de cet été. Dans un premier temps, le smartphone ne sera disponible qu’en Europe.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentOS X 10.11 : premier aperçu d’El Capitan
Article suivantOù sont mes données ? Seulement 7% des Français le sait

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here