Ford Mustang : moins d’une heure pour écouler tout le stock en précommande

La mythique Ford Mustang arrive en Europe. Cette arrivée se traduit par des précommandes record, même en France. La mythique Ford Mustang bat des records de précommandes

La Mustang originelle avait été dévoilée le 17 avril 1964, lors de l’Exposition universelle de New York. Rien que la première journée, Ford avait reçu 22 000 commandes, un spectaculaire succès pour cette voiture spécialement conçue pour les jeunes Américains issus du baby-boom et blasés des grosses voitures lourdes et massives.

Étant apparue plus de 3 200 fois au cinéma ou dans des séries télévisées, la Ford Mustang est rapidement devenue mythique, ce qui a permis à Ford d’en vendre plus de 9 millions d’exemplaires depuis son lancement.

La réputation de la Ford Mustang est bien évidemment arrivée jusqu’en France malgré le fait qu’elle n’y soit pas officiellement commercialisée.

Cette situation a enfin changé vu que Ford a décidé d’officiellement commercialiser sa Mustang 2015 en Europe, et par la même occasion en France. Pour lancer cette arrivée, le constructeur automobile a profité de la dernière finale de la Ligue des Champions pour proposer les 500 premières Mustang du marché européen en précommande, dont 40 pour la France. Il n’aura fallu que 30 secondes pour toutes les écouler.

À l’occasion du Mondial de l’Automobile de Paris, Ford récidive son offre en proposant 50 Mustang en préréservation uniquement pour la France. Tous les exemplaires ont trouvé preneur en moins d’une heure.

Le succès commercial semble être au rendez-vous pour cette Ford Mustang qui sera commercialisée en France à partir de l’été 2015 aux alentours de 35 000 euros pour la version coupée équipée d’un moteur 2,3 litres de 314 chevaux, ou à 40 000 euros pour le modèle doté de l’énorme V8 de 418 chevaux.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentYahoo! biffe un tiers de ses effectifs en Inde
Article suivantiPad 12,9 pouces : une tablette dual boot ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here