France vs États unis : l’inquisition de PRISM au sommet de l’État

Les récentes révélations du quotidien Le Monde au sujet du cyberespionnage pratiqué par la NSA contre des intérêts français ont provoqué des réactions en chaine allant jusqu’à un entretien entre François Hollande et Barack Obama.

Le cyberespionnage pratiqué par la NSA contre des intérêts français est « inacceptable », c’est le terme le plus communément utilisé par tout le monde, du Quay d’Orsay à l’Élysée, en passant par Matignon. Il est vrai que les récentes révélations du quotidien Le Monde ont de quoi laisser songeur avec quelque 70,3 millions d’enregistrements réalisés en France entre le 10 décembre 2012 et le 8 janvier 2013.

Les pratiques de « l’allié » américain sont donc sérieusement pointées du doigt au point que François Hollande et Barack Obama s’entretiennent téléphoniquement, lundi soir, à ce sujet. À cette occasion, le Chef de l’État français a bien évidemment exprimé tout son ressentiment à l’égard de ces pratiques inacceptables entre alliés et amis.

Comme l’explique le communiqué officiel de la Présidence, cet entretien a aussi été l’occasion d’aller plus loin que cette « simple » surveillance de la vie privée des Français en proposant des opérations de collecte de renseignement encadrées par un accord bilatéral, ce qui impliquerait une coopération des services de renseignement français et américains.

Alors que la Washington indique que les États-Unis ont commencé à revoir leur manière de recueillir des renseignements, Paris précise encore qu’une réponse tangible doit être apportée dans les plus brefs délais.

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité