Free Mobile : les secrets de la location de smartphones

En lançant son offre de location de smartphone, Free Mobile bouleverse les habitudes des consommateurs. Histoire de faire le point sur cette offre, voici tous ses secrets.

Si vous êtes tenté par la location d’un smartphone, la nouvelle offre de Free Mobile, voici tous les petits secrets de cette nouvelle manière d’obtenir un terminal.

Premièrement, la partie forfait ne change pas, ce n’est que ce qui concerne la location qui change. Concrètement, la durée de la location est conclue pour 24 mois (sauf résiliation), tacitement reconduit de mois en mois. Pendant toute la période de location, l’appareil et les accessoires restent la propriété exclusive, incessible et insaisissable de Free Mobile.

Au terme de la location, l’abonné peut devenir acquéreur de son smartphone en payant 250€, ou 500€ avant le 24e mois.

En cade résiliation du forfait Free Mobile, la mensualité est simplement augmentée de 5€. La résiliation du contrat de location peut aussi être faite par écrit, pour un motif légitime (décès, détention, licenciement). Sans motif, la résiliation anticipée sera passible du paiement immédiat des loyers restants.

Au terme du contrat, il est bien évidement possible de résilier le contrat de location, ce qui impliquera de restituer le smartphone en bon état d’usage et d’entretien, avec l’ensemble de ses accessoires.

En cas de panne, il suffit d’informer Free Mobile, sans délai, pour qu’une réparation ou un échange soit effectué. Si la panne ne résulte pas d’un usage normal, les frais de réparation seront facturés à l’utilisateur.

En cas de vol, l’utilisateur doit entreprendre toutes les démarches nécessaires, sans omettre d’en informer Free Mobile. Le contrat sera alors immédiatement résilié. Free Mobile recommande d’ailleurs une assurance liée à la perte, vol, casse, et… d’un mobile.

Voilà, vous avez quasiment tout sur la location des smartphones à la mode Free Mobile.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentChine : pas d’anti-censure pour Apple
Article suivantPublicité : la CNIL recommande le consentement des internautes pour les cookies

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here