FTC : un rapport antitrust qui épingle Google

FTC rend public par erreur un rapport de 160 pages qui épingle Google sur ses pratiques antitrust.

C’est par erreur que la Commission Fédérale du Commerce (FTC) des États-Unis a transmis au Wall Street Journal un rapport de 160 pages sur les pratiques anticoncurrentielles de Google. Réalisé en 2012, ce rapport concluait que la firme de Mountain View avait causé « un réel préjudice aux consommateurs et à l’innovation » en abusant de sa position dominante avec son moteur de recherche.

Si les conclusions de ce rapport ne sont pas une réelle surprise, le fait que la FTC abandonne l’essentiel des accusations antitrust l’année suivante est d’autant plus incompréhensible maintenant que ce rapport est sorti de l’ombre où il aurait dû rester caché.

Ce document stipule clairement que Google a effectivement donné artificiellement plus de poids à ses propres services par rapport à ceux de ses concurrents dans les résultats du moteur de recherche principal, y compris lorsque les services concurrents étaient pourtant plus intéressants ou plus efficaces. « Si un site de comparaison de marchands d’un concurrent aurait dû être classé plus haut, Google Shopping était parfois placé au-dessus de lui. Et lorsque Yelp était considéré comme un résultat plus pertinent, Google Local apparaissait au-dessus ».

Il est aussi fait mention du fait que Google exploitait les sites de ses concurrents pour renforcer ses propres services pour empêcher les internautes d’aller voir ailleurs. Par exemple, en reprenant les classements des ventes d’Amazon pour influencer ses propres classements de produits. Dans ce sens, le rapport indique que « Google a donc utilisé son pouvoir de monopole sur la recherche pour extraire les fruits des innovations de ses rivaux ».

La FTC avait conclu que Google présentait « le portrait complexe d’une entreprise travaillant dans l’objectif global de conserver sa part de marché en fournissant la meilleure expérience utilisateur, tout en s’engageant simultanément dans des tactiques qui résultaient dans un tort causé à beaucoup de concurrents verticaux, et qui ont probablement contribué à enraciner le monopole de Google sur la recherche et la publicité ».

Alors que l’Union Européenne a entrepris la même démarche que la FTC contre Google, une procédure qui n’est pas encore achevée, on peut se poser si Bruxelles va aussi capituler face à la puissance du géant de l’internet.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentGoogle Now va s’ouvrir à toutes les applications tierces
Article suivantSFR : la fin de sa box TV sous Android

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here