Google : Chrome 42 apporte les notifications Push et met fin aux plugins NPAPI

Chrome 42 est désormais disponible, une nouvelle version qui apporte notamment les notifications Push et met fin aux plugins NPAPI.

Google suit son calendrier de mise à jour de son navigateur Chrome. C’est ainsi que la version 42 est désormais disponible.

Avec cette nouvelle mouture, Chrome prend désormais en charge les notifications Push. Par ce biais, les éditeurs de sites pourront implémenter dans leurs sites web l’envoi de notifications Push aux internautes même lorsque le site n’est pas affiché dans le navigateur. Cette fonctionnalité repose sur un Service Worker, qui est exécuté en tâche de fond par le navigateur et qui est capable de récupérer les notifications directement sur les serveurs web.

Pour éviter les intrusions, les notifications ne seront autorisées que si l’utilisateur a explicitement donné son autorisation. Elles pourront être désactivées à tout moment.

Chrome 42 marque aussi le blocage des plugins NPAPI. Considérés comme principales sources « de bugs, d’incidents de sécurité, et de complexité du code », Google a annoncé l’abandon de la prise en charge de cette fonctionnalité l’année dernière. Il ne permet d’ailleurs plus la publication de plugins utilisant cette architecture dans le Chrome Web Store.

Ce sont des plugins tels que Java, Unity et Silverlight qui pâtissent du blocage de NPAPI. Pour les sites qui en ont encore besoin, il est tout de même possible de réactiver le support de NPAPI via une option de configuration (chrome://flags/ ). Ce sursis durera jusqu’en septembre 2015, date de la fin définitive du support de NPAPI dans Chrome.

Avec la correction de 45 failles de sécurité, Chrome 42 gagne aussi en performance, stabilité et en sécurité.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentMission Rosetta : toujours pas de réponse de Philae
Article suivantNouvelle page d’accueil pour Twitter

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here