Google+ : comment savoir si on est bien indexé ?

À l’instar de toutes publications sur internet, il est important de savoir si on est bien référencé sur Google. Comment le savoir pour nos posts sur Google+ ?

Lorsqu’on publie des posts sur internet, respectivement sur Google+, on a toujours le secret espoir de bien figurer dans les moteurs de recherche. Dès lors, savoir si on est bien indexé par Google Search est une chose très intéressante. La question est donc de savoir combien de vos posts sur Google+ sont référencés sur Google, donc susceptibles de s’afficher dans les pages de résultats.

Pour ce faire, rien de plus simple. À partir de la page google.com, il faut saisir la requête « site: https://plus.google.com/prénomNom » dans le champ de recherche, en adaptant l’URL à l’URL de votre propre profil Google+. En lançant la recherche, vous aurez tous vos posts référencés, donc le nombre de vos publications indexé.

Au sujet de tous ces liens qui s’affichent, il faut faire plusieurs remarques. Pour commencer, le nombre de liens affichés au sommet de la page de résultats correspond les partages des contenus de votre propre blog ou site sur Google+.

La première page de résultats reprend des liens pointant vers les différents onglets de votre profil Google+, comme photos, vidéos, Bio, +1, etc. sauf si vous avez spécifié qu’ils ne doivent pas être visibles.

Chaque lien reprendra le nom de votre profil Google+ et les 25 premiers caractères du texte de présentation de votre post, ou de 50 caractères pour un post déjà publié et repartagé à nouveau. Pour ce qui est de la description, ce seront les 150 premiers caractères de l’un des commentaires dudit post public qui seront affichés.

Dès lors, on se rend compte de toute l’importance des commentaires, mais aussi des premiers mots des posts.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentInternet : 58% du surf depuis le bureau est personnel
Article suivantMicrosoft : que va-t-il advenir de la marque Nokia ?
Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here