Google : devenir MVNO pour éliminer les surcoûts du roaming ?

On sait que Google compte devenir MVNO aux États-Unis. Son but réel pourrait être d’éliminer les surcoûts du roaming.

Afin de proposer un produit ou un service pour tout ce qui touche à la mobilité, du smartphone au système d’exploitation en passant par le moteur de recherche et la publicité, on entend depuis un certain temps déjà que Google veut devenir opérateur virtuel de téléphonie mobile (MVNO) aux États-Unis.

Connaissant la firme de Mountain View, il est certain que Google possède un atout dans sa manche pour se démarquer de la concurrence. Cet atout pourrait être une transparence pratiquement totale entre les réseaux mobiles et Wi-Fi.

Mais d’après The Telegraph, Google aurait un autre atout caché dans sa manche. Le groupe internet ne serait en effet pas seulement en train de négocier avec des partenaires américains, mais aussi étrangers. Alors que le service n’est pour le moment destiné qu’aux États-Unis, cette annonce laisse donc à penser que l’idée de Google serait de frapper un grand coup sur le roaming. Son idée serait peut-être d’éliminer les surcoûts liés à l’itinérance.

L’idée semble parfaitement tenir la route vu que The Telegraph annonce que Google serait en train de négocier avec le groupe hongkongais Hutchison Whampoa qui gère la marque Three sur plusieurs marchés, dont le Royaume-Uni, l’Irlande ou encore l’Italie.

Une telle stratégie, si elle se confirme, pourrait donner un sacré coup de pied au marché US.

Il faut préciser que le scénario n’est pas identique en Europe où les opérateurs ont déjà commencé à baisser significativement le prix du roaming, voire à l’éliminer sur certains marchés.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentUne nouvelle Apple TV sans 4K
Article suivantMicrosoft a célébré ses 40 ans d’existence

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here