Google Glass : comment résoudre la problématique des gestes de contrôle ?

Glisser un doigt vers la droite, ou vers la gauche, de haut en bas, ou utiliser deux doigts s’écartant ou se serrant, ce sont autant de contrôles pour nos écrans tactiles. Mais comment faire avec des Google Glass qui ne disposent pas d’une surface tactile ?

Les Google Glass ont été avant tout conçues pour interagir avec l’utilisateur, mais comment faire ? Sans clavier ni surface tactile, se sont déjà deux solutions éliminées d’office. Il reste la parole et… les gestes.

Si la parole semble relativement « simple » vu la qualité actuelle des assistants vocaux, Google compte innover en proposant des gestes visuels pour ses lunettes à réalité augmentée. C’est ainsi que la firme de Mountain View vient de déposer un nouveau brevet.

Avec le brevet n° 8 558 759, Google a tout simplement eu l’idée de gestes simples pour fournir une instruction à un appareil informatique équipé d’une caméra. Le principe est simple, cadrer l’objet concerner et y superposer un geste de contrôle. Le geste pourrait être la représentation d’un « L » imaginaire pour dire « like », ou de positionner ses doigts pour former un cœur…

Avec son brevet, Google ne vise pas forcément la définition de toute une gestuelle, mais avant tout le concept de pouvoir fournir des ordres de contrôle aux lunettes… par exemple avant qu’Apple le fasse pour une certaine iWatch.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentFree Mobile : que nous réserve le trublion pour cette fin d’année ?
Article suivantFirefox OS App Manager : Mozilla présente son nouvel outil de développement pour Firefox OS

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here