Google Glass : identification d’un premier cas d’addiction

Des médecins américains ont identifié un patient qui présentait tous les symptômes d’une addiction aux Google Glass. Un patient présentant déjà des troubles du comportement est devenu accro à ses Google Glass. (Photo d'illustration)

C’est en constatant notamment qu’un patient continuait à porter sa main à sa tempe pour activer le pavé tactile des Google Glass qu’il ne les portait plus que des médecins ont diagnostiqué une addiction aux lunettes connectées chez un homme de 31 ans. Les médecins soulignent d’autres symptômes tels que la frustration, l’irritabilité et des problèmes de mémoire à court terme.

C’est sur le site Science Direct, que ces médecins publient un article pour décrire ce premier cas d’addictions aux Google Glass.

Alors que ce patient était traité pour plusieurs désordres psychologiques, les médecins qui l’ont traité au sein du Navy’s Substance Abuse and Recovery Program ont constaté une réduction des symptômes et une amélioration de sa mémoire à court terme après les 35 jours du programme, ce qui n’empêchait pas le patient de toujours rêver qu’il regardait à travers les Google Glass.

Pour ces médecins, il s’agit d’un syndrome de dépendance à internet appliqué aux lunettes connectées, un trouble qui n’est pas causé par les Google Glass en elle-même, mais par une maladie déjà bel et bien présente chez le patient.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentRosetta : feu vert pour Philae
Article suivantLumia 830 : abordable oui, mais pas si haut de gamme

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here