Google Glass : prêt à débourser 1 500 dollars ?

L’édition Explorer des Google Glass est désormais proposée à tout le monde… prêt à débourser 1 500 dollars.

Alors que tout le monde s’interrogeait sur la commercialisation des Google Glass, notamment sur son prix de lancement grand public, la firme de Mountain View vient d’y répondre de la plus surprenante des manières.

En effet, si on s’attendait à une version revue pour le grand public, un prix plus attractif, c’est une stratégie opposée que Google a adoptée en décidant d’ouvrir la vente de ses Google Glass au grand public américain.

Il est en effet possible à n’importe qui, aux États-Unis, de désormais acheter les fameuses lunettes connectées. Le petit bémol est qu’il ne s’agit pas d’une version finalisée, mais de la dernière version Explorer proposée aux développeurs. Par ailleurs, alors qu’un prix attractif était évoqué, c’est toujours à 1 500 dollars que ces Google Glass sont proposées.

S’il semble relativement logique que Google passe à une nouvelle étape en élargissant encore le nombre d’utilisateurs des Google Glass, cela pose tout de même certaines questions, par exemple pourquoi est-ce que Google agit de la sorte avec une version bêta ?

Premièrement, cela signifie donc qu’il s’agit d’un faux départ et que le véritable lancement commercial d’un vrai produit grand public est encore à venir, mais aussi que le cercle d’utilisateurs actuels est certainement trop restreint. Dès lors si l’ouverture de la vente à tous les États-Unis pourrait intéresser des personnes, les 1 500 dollars des Google Glass pourraient tout autant les rebuter.

Les Google Glass désormais en vente pour tous
Les Google Glass désormais en vente pour tous

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentGoogle : cible d'une plainte pour position dominante ?
Article suivantPrendre le contrôle de ses rêves, c’est possible !

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here