Google se défend de sa soi-disant position dominante en Europe

Pointé du doigt pour sa soi-disant position dominante en Europe, Google, par le biais d’Eric Schmidt, se défend de ses accusations. E.Schmidt, Google : "Nos vrais concurrents sont Facebook et Amazon"

La prétendue position dominante en Europe de Google est attentivement étudiée par la Commission Européenne qui a ouvert une enquête à ce sujet en raison de plusieurs plaintes. Que cela pour TripAdvisor, Expedia, Hotwire, Nokia, Oracle, Twenga, ShopCity ou autres plaignants, le célèbre moteur de recherché nuirait volontairement à leur développement économique.

C’est par le biais d’Eric Schmidt, ancien PDG et actuel président du conseil d’administration de Google, que le groupe américain se défend. Alors que tout le monde pense que Bing et Yahoo! sont les principaux concurrents de Google, il explique que ce n’est pas du tout le cas.
Alors que la mobilité se positionne comme la principale porte d’entrée sur internet, les mobinautes utilisent plus les réseaux sociaux pour se connecter que les navigateurs. De fait Facebook est le réel concurrent de Google.

De même, alors que le moteur de recherche fait référence à toutes les petites boutiques en ligne, les internautes vont directement sur Amazon pour y faire leur achat, ce qui condamne les petits cybercommerces. Dans ce cas, c’est le groupe de Jeff Bezos qui est le principal concurrent.

De fait, selon Eric Schmidt, on se focalise trop sur de la concurrence qui n’existe en réalité pas !

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentLenovo : une troisième marque de smartphones ?
Article suivantNASA : 1000$ pour trouver le nom d’un robot

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here