Google Street View Trekker : êtes-vous prêt à cartographier ?

En proposant à des personnes tierces d’utiliser son Trekker, Google permet à quasiment tout un chacun de participer à l’enrichissement de Street View.

Qui ne connait pas le Trekker, ce dispositif de Google qui se substitue aux célèbres voitures pour cartographier les endroits où les véhicules ne peuvent pas passer. Le dispositif se présente sous la forme d’un sac à dos surmonté d’un mât équipé de caméras permettant de prendre des vues panoramiques à 360° géolocalisées.

C’est justement ce Trekker qui a permis de cartographier les sentiers du Grand Canyon, du Mont-Everest ou encore du Burj Khalifa, la plus haute tour du monde tout récemment mise en ligne.

C’est dans l’intention d’étendre sa couverture de balades virtuelles que Google a donc décidé de lancer un programme pilote permettant à des organismes tiers d’emprunter son Trekker afin de contribuer à la capture de nouvelles vues. S’il s’agit d’une ouverture visant potentiellement tout le monde, elle s’adresse principalement aux offices du tourisme, aux agences gouvernementales à but non lucratif, aux universités ou aux groupes de recherche désirant contribuer au projet. Pour se faire, ils doivent en faire la demande via un formulaire en ligne.

Google Street View prête son Trekker aux particuliers
Google Street View prête son Trekker aux particuliers
Street View Trekker : Google fait appel aux explorateurs pour étoffer ses cartes
Street View Trekker : Google fait appel aux explorateurs pour étoffer ses cartes

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentCyberarnaque : après les loteries et les héritages, place aux chantages !
Article suivantSoC : le divorce entre Apple et Samsung sera pour 2014

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here