Google X : et maintenant place à la génétique

Non content d’avoir déjà mis sur pied des projets aussi audacieux que les Google Glass ou la voiture autonome, le laboratoire des projets spéciaux de Google, Google X, serait désormais en train de se pencher sur la génétique.

En matière de recherches, Google ne veut surtout pas se cantonner à des domaines bien précis, tous les secteurs de recherche semblent pouvoir être une piste pour le futur. C’est fort de cette idée que la firme de Mountain View a déjà mis sur pied son projet de Google Glass ou de voiture autonome. Véritable cœur de l’innovation chez le géant de l’internet, son laboratoire Google X est véritablement au cœur de toutes ces recherches.

C’est ainsi que, selon le Wall Street Journal, la nouvelle mission de Google X serait de révolutionner la santé de demain.

Pour parvenir, le groupe aurait rassemblé une équipe de 70 à 100 experts médicaux autour du docteur Andrew Conrad, une sommité mondialement connue qui est l’un des artisans de la création d’un test de dépistage bon marché pour le VIH.

L’actuel projet s’appellerait Baseline Study, un programme qui vise à dresser le portrait d’un corps en bonne santé. L’idée n’est bien évidemment pas de détecter la bonne santé, de pouvoir repérer au plus tôt des maladies telles que le cancer ou autres.

Pour parvenir à ses fins, Google X s’est associé à une clinique pour réaliser des prélèvements d’urine, de sang, de larmes ou encore de salive auprès de volontaires anonymes afin de collecter des données génétiques et moléculaires, une collecte qui a débuté cet été et qui devrait s’étendre prochainement à des milliers de personnes.

L’objectif de cette première étape est de constituer une base de données médicale de référence pour identifier des biomarqueurs utiles pour la détection des symptômes de certaines maladies en différenciant un corps sain d’un corps présentant certains risques.

Comme c’est souvent le cas lorsque Google est sur un projet, le projet à proprement parler peut sembler des plus prometteurs, avec un bémol au sujet de la confidentialité des données médicales récoltées. Face aux inquiétudes, Google a tenté de calmer les inquiétudes en garantissant que les informations de Baseline Study ne seront utilisées que dans un cadre médical, par exemple pas communiquées aux assurances.

Et maintenant, Google veut se mettre à la génétique
Et maintenant, Google veut se mettre à la génétique

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentiPhone 6 : pour conquérir le marché du paiement mobile ?
Article suivantSuper VW Festival : les fans de Volkswagen anciennes se sont réunies au Mans

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here