GPM : un satellite pour observer en direct la pluie et la neige

Alors que le cycle de l’eau est très important pour la Terre, un satellite américano-japonais va être prochainement lancé pour mesurer en direct les précipitations sur l’ensemble de notre planète.

Ce sera normalement le lundi 27 janvier 2014, à partir du centre spatial Tanegashima au Japon, que sera lancé le Global Precipitation Measurement (GPM) Core Observatory, un satellite plus communément appelé GPM.

La mission de ce satellite américano-japonais sera de mesurer les précipitations sur l’ensemble de la Terre, ce qui comprend l’observation en direct de la formation des ouragans, des sécheresses, des inondations, de l’évolution des ressources d’eau douce, des changements climatiques, bref, de tout ce qui touche au très important cycle de l’eau.

Né d’une mission conjointe entre la NASA et l’agence spatiale japonaise, le rôle du GPM sera d’assurer le lien entre les données de satellites météorologiques déjà en place, et d’autres à venir, afin de coordonner les données à l’échelle planétaire et en quasi-temps réel.

Concrètement, le Global Precipitation Measurement (GPM) Core Observatory sera positionné sur une orbite située à 407 km de la Terre, ce qui lui permettra de couvrir une zone allant du cercle Arctique au cercle Antarctique.

Il ne reste plus qu’à espérer que ce GPM aide à mieux comprendre le cycle de l’eau, un cycle vital pour les humains que nous sommes.

Un satellite va être lancé pour étudier les précipitations mondiales
Un satellite va être lancé pour étudier les précipitations mondiales

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentE-Commerce : pas de modulation des prix selon les IP, mais…
Article suivantNSA : Angry Birds, Google Maps et autres collectent des données !

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here