Homme de Néandertal : de l’art qui le rend plus humain que jamais

Alors que les Néandertaliens étaient considérés comme « différents » de l’homme moderne, plusieurs indices laissent penser que les différences ne sont pas si grandes que cela, à commencer par la découverte de formes géométriques gravées, de l’art « très humain ».

Hormis les humains originaires d’Afrique, tous les humains possèdent en moyenne entre 1,5 et 2% de de gènes légués par les Néandertaliens, un héritage vraisemblablement issu de croisements entre espèces il y a près de 40 000 ans. Si cet héritage génétique rend l’homme de Néandertal plus humain que jamais, la récente découverte de formes géométriques gravées dans une caverne à Gibraltar suggère que les Néandertaliens étaient capables d’abstraction, une spécificité qui correspond normalement à l’humain moderne.

Comme le souligne Clive Finlayson, directeur du musée de Gibraltar et coordinateur de l’équipe internationale de recherche qui a publié ces travaux dans les Comptes rendus de l’académie américaine des sciences (PNAS), « cette gravure abstraite est la première gravure abstraite […] et délibérée faite sur le mur d’une grotte par quelqu’un qui n’est pas un humain moderne ».

Découverte dans la grotte de Gorham, à Gibraltar, le motif gravé aux pigments représente des lignes horizontales et verticales qui forment de sillons profonds qui se croisent pour former un croisillon.

L’analyse méticuleuse de cette dernière gravure a permis de comprendre les étapes de sa réalisation et ainsi démontrer qu’elle n’était pas le résultat d’un phénomène naturel ou d’activités utilitaires telles que la découpent de la viande ou des peaux. Les analyses ont permis de déterminer que c’est l’usage répété d’un outil très dur, vraisemblablement en silex, qui a permis de graver le motif, un travail qui a nécessité de 188 à 317 passages successifs.

Gravé il y a 39 000 ans, ce motif est le premier exemple d’un art des cavernes, une représentation abstraite suggérant que les Néandertaliens étaient capables d’abstractions.

Alors qu’il était considéré que les représentations abstraites et figuratives sur les parois des grottes étaient une innovation culturelle introduite par les humains modernes quand ils ont colonisé l’Europe cette découverte de la grotte de Gorham remet sérieusement en doute cette théorie en prouvant que les expressions graphiques n’étaient pas le seul apanage de l’homme moderne.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentIntel étoffe sa gamme Haswell-E avec un modèle à 8 cœurs
Article suivantFrançois Hollande participe à la rentrée scolaire de Clichy-sous-Bois

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

3 Commentaires

  1. oh ! @ pinel !
    Je comprends que cela puisse te paraitre abstrait, mais si tu regardes bien :
    C’est bien écrit « TNT »… De toute façon l’ORTF n’existait pas. Alors…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here