Honda compte sur le HR-V 2015 pour conquérir le marché des SUV urbains

Neuf ans après l’arrêt de la première version de son SUV urbain Honda compte sur son nouveau HR-V 2015 pour (re)conquérir ce marché.

Vendu entre 1999 et 2006, le premier HR-V de Honda a depuis disparu des concessionnaires. Il aura fallu du temps au constructeur japonais pour se décider à revenir sur ce marché, mais cela sera effectif en été 2015.

Dévoilé au Salon de Tokyo 2013, le Vezel préfigure ce que sera le HR-V 2015, à savoir un jumeau qui se différenciera par son habillage de la calandre, ses optiques, et quelques autres détails minimes.

Nouveau Honda HR-V 2015 - Salon Paris 2014

Très avare de précision au sujet du HR-V 2015, Honda se cantonne à affirmer que le modèle présenté pour le moment n’est qu’un prototype. Avec un peu de chance, et surtout de la bonne volonté de la marque japonaise, le prochain Mondial de l’Automobile de Paris devrait être l’occasion d’en apprendre un peu plus.

Ce qu’il est déjà possible d’affirmer, en se basant sur le prototype, c’est que le design du HR-V est très séduisant, avec un petit air très dynamique souligné par un toit plongeant et une grande nervure dans le prolongement du vitrage latéral, sans oublier les optiques étirées et les ailes gonflées.

L’habitacle est encore un mystère même si Honda promet une bonne habitabilité et une modularité intelligente.

Ce sont les suppositions qui sont de mise au sujet de la motorisation, il devrait vraisemblablement s’agir de nouvelles motrices essences turbo VTEC, dont un trois cylindres 1.0 et un quatre cylindres 1.5 sans oublier le diesel 1.6 i-DTEC.

Si le prochain Mondial de l’Automobile de Paris devrait peut-être fournir des réponses, c’est certainement lors du Salon de Genève en mars prochain que le HR-V 2015 sera officialisé.

Votes
[Total : 1 votes en moyenne : 5]
PARTAGER
Article précédentiPhone 6, iPhone 6 Plus, Apple Watch… que faut-il retenir de la keynote d’Apple ?
Article suivantOrange : mutualisation plutôt que fusion ?
Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here