HTC : le One A9 sous la loupe

HTC vient de présenter son nouveau smartphone : le One A9. Que vaut-il ?

Que le prouve les derniers résultats financiers de HTC, l’entreprise est à la peine sur le marché des smartphones avec des pertes énormes. Alors qu’il s’agit d’un constat d’échec dans sa tentative de rivaliser avec Apple et Samsung, cela ne signifie pas pour autant que l’entreprise baisse les bras.

En fait, tous les espoirs de HTC semblent reposer sur les épaules du nouveau One A9, un smartphone au design premium.

Avec son design très similaire à celui de l’iPhone 6 d’Apple, l’intention de HTC semble claire, d’autant plus que le One A9 sera proposé à un prix nettement plus attractif. Mais est-ce que cela va suffire comme argument pour séduire les acheteurs ?

Conception

Comme dit précédemment, le design du One A9 est très proche de celle de l’iPhone 6/6S. Pour s’en convaincre, il suffit de voir que le dos est pratiquement le même, tout comme le boîtier métallique monocoque, ou encore les coloris proposés, sans oublier les antennes qui sont pareillement visibles.

Lorsque les journalistes ont mentionné le fait que le One A9 ressemblait beaucoup au dernier iPhone, HTC n’a pas réagi.

Alors que l’iPhone 6/6S est magnifique, on est bien obligé de dire qu’il en va de même pour le One A9 vu qu’il est pratiquement identique.

Écran

Le One A9 reprend l’écran 5 pouces du One M9, c’est-à-dire un écran affichant du Full HD (1920 x 1080) protégé par le même revêtement Gorilla Glass 4.

Cela peut sembler léger par rapport à l’écran QHD du Galaxy S6, mais est largement suffisant, avec une luminosité adéquate, des bons angles de vision.

Détails intéressants, par rapport à la référence qu’est l’iPhone 6, l’écran du One A9 semble moins sensible aux marques de doigts.

Logiciel

Sans surprise, le One A9 a droit à Android 6.0 Marshmallow

Nous aurions pu espérer que HTC nous ferait la surprise de laisser tomber la surcouche maison Sense UI dans le but de nous proposer quelque chose de dépouiller et efficace, mais ce n’est malheureusement pas le cas.

Avec Sense UI, HTC affirme proposer « le meilleur des innovations de Google et l’expérience HTC dans le même appareil ».

Visuellement, l’interface du One A9 est donc similaire à celle du One M9. Il existe toutefois quelques applications exclusives, comme HTC Club.

Performances

Le One A9 embarque un processeur octo-core Qualcomm SnapDragon 617, une puce haut de gamme à un prix correct. Sa puissance est telle qu’aucun ralentissement n’a été observé lors d’une utilisation normale.

Pour être sûr des performances, il faudra passer le smartphone à un benchmark.

Photographie

HTC a insisté sur le fait que la partie photo du One A9 est l’une de ses principales forces. Pour ce faire, le smartphone a droit à un capteur de 13 mégapixels, avec l’objectif f/2.0, stabilisation d’image optique, traitement des images RAW et une interface utilisateur repensée.

C’est certes moins que les 20 mégapixels du One M9, ce qui n’empêche pas l’appareil de prendre d’excellentes images, très détaillées.

L’interface minimaliste et intuitive est truffée de fonctionnalités, par exemple pour réaliser des vidéos en hyperlapse.

Sur la face avant, le One A9 embarque également un capteur Ultrapixel de 4 mégapixels, le même que sur le M9.

Fonctionnalités

À l’instar de tous les smartphones haut de gamme qui embarque un lecteur d’empreintes digitales, le One A9 en embarque un, caché dans le bouton Home comme pour l’iPhone 6.

Impression générale

Qualitativement, le One A9 est très réussi. Pour décider les acheteurs, son prix sera déterminant. S’il sera proposé 200 à 300 euros de moins que l’iPhone 6S ou le Galaxy S6, il va certainement cartonner. Plus cher, cela sera plus compliqué.



Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentLet’s Encrypt : important pas en avant en matière de HTTPS
Article suivantApple lance OS X 10.11.1 El Capitan

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here