Imperturbable, Uber annonce l’activation d’UberPop dans 3 nouvelles villes françaises

Imperturbable face aux controverses et poursuites judiciaires, Uber annonce que son application mobile UberPop est désormais active dans trois nouvelles villes françaises : Marseille, Strasbourg et Nantes.

Les controverses suscitées par son offre de transport entre particuliers ne semblent pas perturber Uber, ni d’ailleurs les poursuites judiciaires. En fait, sa stratégie est d’aller de l’avant tant que toutes les voies de recours ne sont pas épuisées.

C’est ainsi qu’en juillet 2014, le Parlement avait adopté la loi Thévenoud, un texte qui interdit le transport rémunéré entre particuliers, sauf dans le cas du covoiturage, un texte promulgué en octobre dernier. Cela a conduit le tribunal correctionnel de Paris à infliger une amende de 100 000 euros à Uber, une décision qui fait l’objet d’un appel. Toujours fin 2014, saisi par les organisations de taxis et de VTC, le tribunal de commerce de Paris a pour sa part décidé de se tourner vers la Cour de cassation qui à elle saisit le Conseil constitutionnel, un dossier qui est toujours en cours.

Mais comme aucune décision de justice n’a pour le moment été définitivement tranchée, Uber continue comme si de rien n’était. Pour preuve, il a été annoncé ce lundi que l’application mobile UberPop est désormais active dans trois nouvelles villes françaises, à savoir Marseille, Strasbourg et Nantes. Ces trois villes rejoignent donc Paris, Lille, Lyon, Nice, Toulouse et Bordeaux.

C’est Alexandre Molla, directeur général d’Uber France, qui a annoncé le lancement d’UberPop dans ces villes en soulignant que « à Marseille, c’est quasiment 100 000 personnes qui avaient ouvert l’application ces derniers mois sans pouvoir bénéficier du service, 12 000 à Nantes et 8 000 à Strasbourg ».

Il a par ailleurs également annoncé qu’ « une offre VTC Uber devrait suivre dans les semaines ou les mois qui arrivent ». Les taxis de Marseille, Strasbourg et Nantes apprécieront certainement cette nouvelle.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentFacebook Lite fait ses débuts en Asie
Article suivantUn grand projet de jeu vidéo d’Amazon avec 70 recrutements à la clé

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here