Instagram : au cœur de la tourmente à cause des conditions d’utilisations

Même si le fondateur d’Instagram a promis de retirer les clauses les plus controversées des conditions d’utilisation, une plainte collective a été déposée devant un tribunal fédéral américain pour empêcher la mise en œuvre de nouvelles conditions d’utilisation

La tourmente créée par les nouvelles conditions d’utilisation d’Instagram ne s’est pas encore apaisée même si son fondateur, Kevin Systrom, a personnellement affirmé que les clauses les plus controversées seraient retirées. En effet, une plainte collective a été déposée devant un tribunal fédéral américain pour empêcher le réseau social de mettre en œuvre de nouvelles conditions d’utilisation. Les plaignants font valoir une atteinte aux droits de propriété des utilisateurs d’Instagram. « Instagram s’approprie les droits de propriété de ses clients tout en se protégeant de toute responsabilité », écrit le cabinet d’avocats qui a déposé sa plainte vendredi dernier.

Cette tourmente survient alors qu’Instagram avait publié ses nouvelles conditions d’utilisation qui auraient dû entrer en vigueur le 16 janvier 2013. Celles-ci stipulaient qu’Instagram s’arrogeait le droit d’utiliser les photos enregistrées par ses membres à des fins commerciales, c’est-à-dire se donnait le droit de vendre des photos sans prévenir ni rémunérer la personne qui les a prises et enregistrée sur son compte Instagram.

« Vos photos sont vos photos, c’est tout […] si vous avez choisi de partager vos photos en privé, elles ne sont visibles que par les utilisateurs que vous avez approuvés », a répondu Kevin Systrom à ses 100 millions d’utilisateurs, mais la tourmente était déjà lancée… car la confiance semble rompue, certains ne tardant pas à imaginer que ce revirement de la part d’Instagram n’est qu’une partie remise.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentGalaxy S3 : gros problème technique en perspective ?
Article suivantiPad 5 : une sortie déjà en mars ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here