Internet : un surf plus rapide et plus sûr grâce à HTTP/2

Le protocole HTTP s’apprête à passer en versions 2.0, une mise à jour qui devrait apporter plus de rapidité et de sécurité au surf sur internet.

Véritable colonne vertébrale d’internet, le protocole HTTP n’a pratiquement pas changé depuis sa sortie en 1999 sa dernière mise à jour après sa création en 1996. Cela va bientôt changer avec l’arrivée de HTTP/2

Le groupe de travail HTTP de l’Internet Engineering Task Force (IETF) vient en effet d’annoncer que le protocole HTTP/2 est désormais finalisé. Il ne reste plus qu’à effectuer les dernières démarches pour que ce protocole devienne un standard officiel.

Sans entrer dans les détails très techniques du protocole, HTTP/2 promet d’accélérer le chargement des pages web en réduisant le temps de réponse entre le navigateur et les serveurs auxquels il se connecte. Une des principales améliorations sera une fonction de multiplexage et de compression des headers qui va permettre d’envoyer plusieurs requêtes simultanément aux serveurs, ce qui va réduire les échanges entre le navigateur et le serveur.

Grâce à HTTP/2, les serveurs web pourront être proactifs en « poussant » des contenus HTML et CSS vers le navigateur avant que celui-ci ne le réclame.

Point important, HTTP/2 améliore aussi la sécurité en apportant une meilleure prise en charge du chiffrement TLS (Transport Layer Security) pour l’implémentation du HTTPS.
Il est bon de préciser que l’IETF s’est largement basé sur le protocole réseau SPDY développé par Google pour élaborer HTTP/2.

Google, Mozilla et Microsoft annoncent que HTTP/2 est déjà pris en charge respectivement par Chrome, Firefox et Internet Explorer 11, mais pas activé par défaut. Apple (Safari) et Opera travaillent actuellement à son intégration.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentPhotoshop : 25 ans de retouche d’images
Article suivantL’extinction du cuivre pour accélérer la fibre optique

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here