iPhone 5C : de « l’entrée de gamme », mais pour quel marché ?

Avec un boitier plastique et un prix plus bas que celui de l’iPhone 5S, l’iPhone 5C peut être considéré comme le produit d’entrée de gamme chez Apple. Mais quel marché vise ce smartphone ?

Longtemps présenté comme étant le futur smartphone low-cost d’Apple, l’iPhone 5C est bel et bien proposé à un tarif plus bas que celui de l’iPhone 5S. Pourtant, proposé à 413 euros aux États-Unis (549 dollars) ou à 550 euros en Chine (4 488 yuans), il est difficile de considérer que le prix de l’iPhone 5C soit véritablement low-cost. Dès lors, cet iPhone 5C vise quels marchés ?

Comme le décrypte Sandy Shen, analyste au cabinet Gartner à Shanghai, la moitié des smartphones vendus en Chine appartient à la tranche tarifaire comprise entre 700 et 1 500 yuans. L’iPhone 5C est donc trop cher ! Censé contrecarrer Samsung sur le milieu/bas de gamme, Apple pourrait bien avoir raté sa cible.

Rater sa cible ? Pas forcément… En effet, lors des premières rumeurs au sujet de la sortie d’un iPhone low-cost tout le monde s’étonnait de l’incohérence d’Apple de vouloir diviser son image entre le haut et le bas de gamme. Au final, en proposant l’iPhone 5C moins cher que l’iPhone 5S, Apple préserve son image de haut de gamme tout en proposant un modèle un peu meilleur marché au look décalé. C’est peut-être finalement ça le but, capter les marchés décalés et non pas d’aller rivaliser sur le prix.

Le seul bémol à cette explication est que le marché des smartphones se développe de plus en plus du côté du milieu/bas de gamme. En persévérant dans le haut de gamme, Apple s’enferme dans une niche, certes financièrement rentable, mais au détriment du volume.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentMicrosoft : restructurations en vue après le départ de Steve Ballmer
Article suivantBrick ou l’anti-smartphone, inspiré des années 1980 !

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here