iPhone 6 : la santé en point de mire

Dévoilé en même temps qu’iOS 8, on sait que la santé est en point de mire d’Apple. Mais qu’en sera-t-il réellement avec l’iPhone 6.

On sait déjà depuis un certain temps que le nouveau système d’exploitation mobile d’Apple, iOS 8, va embarquer HealthKit, une nouvelle application liée à la santé. Mais sans appareil pour lui fournir des données, on ne savait pas encore trop à quoi elle pouvait servir. Mais maintenant que l’annonce de l’iPhone 6 est agendée pour le 9 septembre prochain, toutes les interrogations resurgissent.

Selon Apple, « HealthKit permet aux applications qui fournissent des services de santé et de fitness de partager leurs données sur cette nouvelle application de santé et avec les autres utilisateurs », ce qui n’explique pas grand-chose, hormis le fait de soulever des questions au sujet de la centralisation et de la sécurité de ces données médicales.

Mais ce que l’on sait déjà, c’est que plusieurs catégories de donnes sont d’ores et déjà prévues comme les diagnostics, le fitness, les résultats d’analyses de laboratoire, les médicaments, le régime alimentaire, le sommeil ou encore les mesures (pouls, etc.).

Parmi toutes ces données, il est certain que certaines proviendront de l’iPhone 6, et d’autres vraisemblablement d’une montre connectée, par exemple la mystérieuse iWatch.

Si la promesse de simplifier notre gestion personnelle de notre santé est parfaitement louable, la question du secret des données est bien évidemment au cœur de tout ce mécanisme, car toutes les données seront centralisées quelque part sur des serveurs d’Apple.

À l’heure où tous les grands groupes tentent de monétiser la moindre information sur ses utilisateurs, comment ne pas imaginer que la marque à la pomme ne va pas en faire de même avec nos données médicales ? Un scénario pas si paranoïaque que cela vu que Bloomberg annonce qu’Apple serait en discussion avec deux des plus grosses mutuelles de santé américaines dans le cadre d’un accord commercial.

De fait, les assureurs pourraient tout simplement chercher à acheter ces données afin d’affiner leurs prestations à la santé des utilisateurs d’iPhone.

Dès lors, si le service est soi-disant gratuit pour l’utilisateur, c’est avant tout parce que c’est justement l’utilisateur qui est la matière première qui est commercialisée !

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentLG : bientôt 10 millions de G3 vendus dans le monde
Article suivant9 septembre 2014 : plus qu’une simple keynote ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here