iPhone 6 Plus : vaut-il vraiment les 1019€ demandés ?

Si l’iPhone 6 Plus est proposé à 809€ en version minimale, son prix grimpe à 1019€ en version 128 Go. Est-ce que ce smartphone vaut ce prix ?

C’est ce vendredi que la commercialisation des iPhone 6 et iPhone 6 Plus débute. Si le prix des versions de base évolue peu, la question n’est pas la même si on prend en considération le modèle XXL équipé de 128 Go. Dans cette configuration, un acheteur doit débourser 1019€ pour s’offrir cet iPhone 6 Plus. En vaut-il réellement la peine ?

Alors que le pouvoir d’achat des Français est en baisse, les prix demandés par Apple peuvent sembler astronomiques. Certes le nouveau smartphone est beau, tout en rondeur et en douceur. Sa taille plus grande que celle de ses prédécesseurs est également intéressante, comme le fait de pouvoir autant l’utiliser en mode portrait qu’en mode paysage, sans oublier ses nouvelles fonctionnalités.

Mais voilà payer un tel prix pour avoir un peu plus d’espace de stockage alors que la concurrence propose souvent une extension sous forme d’emplacement microSD, cela semble démesuré, un problème de cloisonnement qui touche également la batterie vu qu’il est impossible de la changer.

Si les fonctionnalités de l’iPhone 6 sont bonnes, elles ne sont pas pour autant très différentes de celles de la concurrence, ni suffisamment supérieures pour justifier un tel prix. De fait, à moins de disposer d’un portefeuille très bien garni, débourser autant d’argent pour un smartphone semble de prime abord parfaitement injustifié.

Mais attention, cette analyse pragmatique ne prend pas en compte l’aspect émotionnel. Face à l’effet de la célèbre pomme croquée, est-ce que des arguments rationnels peuvent réellement faire la différence face au poids de la marque ?

L'iPhone 6 mérite-t-il vraiment qu'on débourse 1 000 € ?
L’iPhone 6 mérite-t-il vraiment qu’on débourse 1 000 € ?

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentBMW : une Série 2 Active Tourer qui révolutionne les habitudes
Article suivantAvec Service Workers, Google veut améliorer le mode déconnecté

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here