iPhone : des ventes loin des 55 millions d’unités escomptées

Alors que les analystes tablaient sur 55 millions d’exemplaires d’iPhone vendus au dernier trimestre, pendant les fêtes de fin d’année, Apple annonce « que » 51 millions d’unités vendues.

Financièrement parlant, les résultats trimestriels d’Apple ne sont pas mauvais avec un chiffre d’affaires en progression de 6% à 57,6 milliards de dollars alors que le bénéfice net reste stable à 13,1 milliards de dollars, ce qui débouche sur un bénéfice par action supérieur aux attentes.

Au niveau des ventes, si les chiffres sont bons pour les iPad (+14%) et les Mac (+19%), ce n’est pas forcément le cas des autres produits.

En effet, alors que les analystes tablaient sur 55 millions d’exemplaires d’iPhone vendus au dernier trimestre, pendant les fêtes de fin d’année, ce ne sont « que » 51 millions d’iPhone qui ont trouvé preneur, des ventes tout de même en hausse de 7% en un an.

Pires que cela, avec un recul de 52% en un an, les ventes d’iPod sont en chute libre au point de ne pas être évoqué dans le communiqué de presse.

Habitué à des résultats exceptionnels de la part d’Apple, les analystes sont donc déçus, d’autant plus déçus que la firme à la pomme prévoit un chiffre d’affaires compris entre 42 et 44 milliards de dollars pour ce trimestre, un résultat en deçà des prévisions de 46 milliards de dollars espérées.

Trimestriels : Apple déçoit pour n'avoir vendu «que» 51 millions d'iPhone
Trimestriels : Apple déçoit pour n’avoir vendu «que» 51 millions d’iPhone
Ventes trimestrielles d'iPhone depuis 2007 (millions)
Ventes trimestrielles d’iPhone depuis 2007 (millions)
Ventes de terminaux Apple en millions d'unités
Ventes de terminaux Apple en millions d’unités

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentEst-ce que les jeux vidéo seraient bons pour la santé ?
Article suivantNetflix : arrivée en France pour septembre 2014 ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here