ISS : retour sans problème pour trois spationautes

C’est sans problème et à l’heure prévue que Maxime Souraïev, Reid Wiseman et Alexander Gerst ont atterri au Kazakhstan au terme d’une mission de six mois à bord de la Station spatiale internationale (ISS).

C’était le 29 mai dernier que les spationautes russe Maxime Souraïev, américain Reid Wiseman et allemand Alexander Gerst avaient quitté la Terre à destination de la Station spatiale internationale (ISS). Après avoir bouclé une mission de six mois dans l’espace, c’est ce lundi 10 novembre, à 3h58 GMT, qu’ils ont atterri au Kazakhstan.

C’est à bord de capsule Soyouz TMA-13M que les trois spationautes ont atterri, sans problème et à l’heure prévue. C’est avec de grands sourires et des signes de la main que les trois hommes attendaient dans les hautes herbes de la steppe kazakhe.

Saluant leur retour sur Terre, la NASA confie que Maxime Souraïev, Reid Wiseman et Alexander Gerst ont « parcouru plus de 70 millions de miles » durant leur mission dans l’espace, soit 112,7 millions de kilomètres.

Il s’agissait de la seconde mission longue durée dans l’espace pour Maxime Souraïev. Alors que cette mission était partie en pleine crise ukrainienne, le spationaute a déclaré que l’équipage russo-occidental a mené des dizaines d’expériences scientifiques pendant sa mission, ainsi que des sorties dans l’espace, « Tout a été fait dans un esprit de coopération. Je crois que tout le monde devrait suivre l’exemple des membres de l’ISS. Essayons de vivre ensemble, côte à côte. C’est la chose la plus importante ».

Il est à noter que l’ISS est actuellement occupée par les Russes Elena Serova et Alexandre Samokoutiaïev et l’Américain Barry Wilmore. Trois nouveaux spationautes vont les rejoindre le 23 novembre.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentInternet pour tous : Elon Musk veut proposer sa solution
Article suivantInternet : un service essentiel selon Barak Obama

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here