ISS : rétrospective hebdomadaire de la mission principale

Comme le prouve la rétrospective hebdomadaire de la mission principale, le programme de l’ISS est très chargé.

La NASA vient de publier la rétrospective hebdomadaire de la mission principale de la Station spatiale internationale (ISS). C’est une occasion de se rendre compte que les astronautes à bord de l’avant-poste spatial ne s’ennuient pas.

L'astronaute de la NASA Jeff Williams effectue des observations de la terre depuis la coupole de l'ISS.

Plusieurs faits marquants ont marqué la semaine du 6 juin 2016. Pour commencer, l’astronaute britannique Tim Peake a installé l’Exposed Experiment Handrail Attachment Mechanism (ExHAM) au Experiment Module Airlock (JEMAL). Il s’agissait d’installer une main courante sur la table d’expérimentation visant à récupérer les objets exposés à l’environnement spatial pendant plus d’un an sur le Kibo’s Exposed Facility (EF). Ce dispositif doit notamment permettre d’étudier la poussière interstellaire.

Concrètement, l’expérience ExHAM vise à exposer des particules créées en laboratoire à l’espace pour savoir si les poussières de laboratoire et les grains de poussière cosmique peuvent se lier. L’expérience de la Japan Aerospace Exploration Agency (JAXA) vise, elle, à étudier des composés de carbone lorsqu’ils sont exposés à l’environnement hostile de l’espace.

Le JEMAL apparaît à gauche du module Kibo de la JAXA.

L’ExHam permet de mener plus d’expériences dans l’environnement exposé de l’espace en étant fixé à l’extérieur du module Kibo de la JAXA. Il s’agit d’un cube qui peut contenir 20 échantillons.

Étudier la rentrée dans l’atmosphère d’une capsule Cygnus

Le retour sur terre de la capsule Cygnus a commencé par l’expérience Saffire I, un incendie dans l’espace pour comprendre la propagation du feu en microgravité. Mais pas seulement. Il s’agissait aussi d’étudier comment elle se disloque en rentrant dans l’atmosphère.

Pour enregistrer cette phase de désagrégation, l’astronaute de la NASA Jeff Williams a installé un enregistreur et des capteurs sans fils (REBR-W) dans la capsule. Ce dispositif doit enregistrer comment l’engin se disloque, des informations utiles pour prévoir des rentrées sans danger et préparer la désorbitation des futurs engins spatiaux.

De nombreuses autres expériences scientifiques

Les différents astronautes de l’ISS ont mené à bien de nombreuses autres expériences scientifiques, mais aussi assuré le suivi de plusieurs expériences de longues durées telles que le BEAM, Auxin Transport, EPO Peake, ISS Ham, MagVector, MSL Batch 2b, PBRE, AMO2-Express, Manufacturing Device, NanoRack Cubesat Deployer… c’est-à-dire de nouvelles manières d’effectuer des essais en vol hypersonique, des tests de nouveaux matériaux de protection thermique, des études des couches supérieures de l’atmosphère, etc.  Pour l’analyse de toutes ces données, l’astronaute américain Tim Kopra a collecté les disques durs en prévision de leur prochain retour sur Terre.

Holly Vavrin explique la fin de mission du cargo spatial Cygnus.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentUne voiture électrique fait mieux que la Bugatti Veyron sur le 0 à 100 km/h
Article suivantL’agriculture martienne est possible !
Véritable touche à tout qui traine déjà derrière lui un long parcours professionnels dans le monde de la technologie, j'ai un jour décidé de me réorienter vers le journalisme par goût pour l'information et l'actualité. De fil en aiguille, j'ai été amené à écrire pour linformatique.org. Que cela soit la miniaturisation, les innovations ou l'amélioration des performances, ce qui concerne le progrès m'intéresse. Comprendre les choses, comme la création de l'univers, ce qui s'est passé au néolithique, ce qui compose une comète ou l'impact du génome sur une maladie sont très motivant pour moi en raison de l'impact de ces découvertes sur notre passé, notre présent et notre futur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here