ISS : un mois de plus dans l’espace pour 3 astronautes

En raison de la perte du cargo russe Progress, les 3 astronautes qui auraient dû revenir sur terre ce mercredi vont rester un mois de plus dans l’espace.

« Plus de temps dans l’espace, quel beau cadeau ! », c’est par ces mots que Samantha Cristoforetti, l’astronaute italienne qui aurait dû revenir sur terre mercredi a réagi à l’annonce qu’elle allait rester un mois de plus à bord de la Station spatiale internationale (ISS).

Si de l’Italienne Samantha Cristoforetti, le Russe Anton Chkaplerov et l’Américain Terry Virts vont passer un mois de plus dans l’espace, c’est à cause de la perte du cargo russe Progress survenue ces derniers jours.

Lancée pour ravitailler l’ISS, une panne de propulsion sur le troisième étage du lanceur a mis le cargo Progress sur une mauvaise orbite. Les images vidéo montrent le vaisseau automatique tourner rapidement sur lui-même, hors de contrôle, une situation qui serait potentiellement grave pour un équipage humain.

Alors que le prochain vol habité aurait dû décoller le 26 mai, cette mission a été reprogrammée pour fin juillet. Dans l’intervalle, un nouveau vol d’un autre Progress est prévu pour valider le lanceur, le même qui est utilisé pour lancer les capsules habitées Soyouz.

Plutôt que de laisser l’ISS un mois avec seulement trois astronautes, il a été décidé que l’équipage qui aurait dû revenir sur terre cette semaine allait rester un mois de plus dans l’espace pour optimiser au mieux le potentiel scientifique de la station.

Il est à souligner que la perte du cargo spatial Progress ne cause aucun problème pour les occupants de l’ISS, ils ont suffisamment de vivres et carburant. De plus, ils seront prochainement ravitaillés par une capsule Dragon de la société américaine SpaceX.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentPiraterie audiovisuelle : des patrons français écrivent à Facebook et Twitter
Article suivantLa soprano Sarah Brightman reporte son séjour à bord de l’ISS

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here