Jailbreak iOS 8.3 : TaiG devance PanGu

Il y a deux semaines, PanGu a annoncé la sortie imminente d’une solution de jailbreak pour iOS 8.3. TaiG lui coupe l’herbe sous le pied en proposant son propre outil.

Depuis l’annonce faite par PanGu, on savait qu’une solution de jailbreak pour iOS 8.3 devait sortir avant la fin du mois. Alors que l’outil de l’équipe chinoise était attendu, c’est une autre équipe chinoise qui crée la surprise en proposant l’outil de débridage TaiG 2.0.

Vu que l’annonce de TaiG 2.0 a surpris tout le monde, cette solution de jailbreak n’est pas encore compatible avec le Mobile Substrate de Cydia, ce que signifie que tous les tweaks ne fonctionnent pas encore pour le moment.

Jay « Saurik » Freeman, l’auteur de Cydia, essaie de suivre le mouvement en ayant déjà publié deux mises à jour du Cydia Installer, qui s’installent depuis Cydia et qui rendent le Mobile Substrate opérationnel sur les appareils débridés avec TaiG 2.0.0.

Il est à souligner que le TaiG Jailbreak Tool a déjà été plusieurs fois mis à jour depuis sa publication pour corriger certains problèmes. La prudence est donc de mise avant la fin des tests de validation du développement.

TaiG 2.0.0 est pour le moment disponible uniquement pour Windows, et en anglais. Avant de l’installer, il faut peut-être patienter jusqu’à la version suivant qui sera certainement plus stable.

La sortie de ce jailbreak pose la question de sa compatibilité avec iOS 8.4, une mise à jour qui est actuellement au stade bêta. Est-ce que la course que se livre PanGu et TaiG a mis péril la possibilité de pouvoir débrider la prochaine version en sortant l’outil trop vite ? Le risque existe en tout cas qu’Apple colmate les failles utilisées par le jailbreak dans la version finale d’iOS 8.4.

Il est à souligner que les jailbreaks de PanGu et TaiG sont controversés, car leurs solutions dont financées par des éditeurs de catalogues d’applications pirates.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentMini Clubman : l’Audi A3 en point de mire
Article suivantAffluence record pour le Cannes Lions International Festival of Creativity

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here