jaimalamaroute.com veut recenser les routes en mauvais état de France

Dans le but d’interpeller les élus au sujet du mauvais état des routes, l’association 40 millions d’automobilistes lance le site internet « jaimalamaroute.com » pour que les conducteurs puissent signaler les routes en mauvais état. Chacun peut y indiquer le lieu et la nature des problèmes.

La France possède le plus important réseau routier d’Europe avec ses 11 465 kilomètres d’autoroutes, 9 784 kilomètres routes nationales, environ 378 000 kilomètres de routes départementales et 600 000 kilomètres de routes communales. Hormis les tronçons autoroutiers sous concessions privées, ce réseau routier est à la charge des collectivités.

Alors que les routes de France ont fait 3 384 morts en 2014, les raisons invoquées sont souvent l’excès de vitesse, l’alcool, la conduite inappropriée, etc., mais sans que l’état de la route ne soit évoqué comme cause importante. C’est justement ce dernier point que l’association 40 millions d’automobilistes compte mettre en évidence en lançant la plateforme « jaimalamaroute.com ».

Un site pour centraliser les problèmes

Le but du site « jaimalamaroute.com » est que tous les conducteurs puissent signaler le lieu et la nature d’un problème sur la route : fissure, virage dangereux, absence de glissière de sécurité, de panneau ou de marquage au sol, manque de visibilité, etc. Le but de toutes ces informations va être de dresser une carte routière de la France, une carte des routes en mauvais état.

Une fois que cette carte sera dressée, ses données seront recoupées avec des données d’accidentologie dans le but d’aboutir à une carte des routes de France les plus dégradées. Quel est le but de cette démarche ? Pouvoir « interpeller les élus et de les appeler à leurs responsabilités », explique Pierre Chasseray, le directeur général de 40 millions d’automobilistes.

« On observe depuis plusieurs années un désengagement des pouvoirs publics sur l’entretien et l’équipement des routes. C’est une tendance qu’il faut endiguer », a-t-il ajouté. Une remarque d’autant plus pertinente qu’une des mesures préconisées par le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve, pour tenter d’enrayer l’augmentation de la mortalité sur les routes, est justement de « fournir aux collectivités locales des outils pour améliorer la sécurité routière ».

Allez-vous contribuer à « jaimalamaroute.com » ?

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentDroit à l’oubli : les Français sont les plus grands demandeurs d’Europe
Article suivantLe Raspberry Pi Zero est vendu 5 dollars, pour conquérir l’internet des objets

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

1 COMMENTAIRE

  1. Je suis convaincu que le mauvais état des routes est une des causes principales des accidents que ce soit sur les routes et les rues en ville.

    Si tout le monde joue le jeu de participer à l’enquête je pense que les politiques seront obligés de bouger et de prévoir des budgets pour l’entretien du réseau routier.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here