Jeux vidéo : une PS4 oui, mais pour quelle télévision ?

La PlayStation 4 a été débarquée vendredi 29 novembre en Europe. Si l’acquisition de la dernière console de Sony semble triviale pour les gamers, la question de la télévision à utiliser se pose aussi.

Qualitativement parlant, la PlayStation 4 apporte un immense saut en matière de graphismes avec des images d’une netteté et d’une profondeur à couper le souffle. Le petit hic, c’est que si la PS4 est capable de fournir de telles images, la télévision utilisée comme support doit aussi être capable de restituer cette qualité.

C’est pour cela que les téléviseurs HD Ready et inférieurs sont déconseillés, car pas à même de restituer la quintessence des textures effets de drapé ou encore de la fluidité des mouvements des personnages. Le minimum recommandé est donc un téléviseur Full HD 1080p, avec un taux de rafraîchissement minimum de 100Hz.

Au minimum pour un rendu fluide de l’image. La taille de l’écran dépend évidemment de la place à disposition dans la pièce, mais le spécialiste préconise 40 pouces de diagonale (102 cm) au moins afin de profiter des détails affichés à l’écran. La fonction 3D n’est pas à négliger non plus, car des jeux exploitent déjà cette possibilité.

Technologiquement parlant, la technologie LED est la plus adaptée, car l’écran ne subit pas d’effet de marquage avec l’affichage prolongé des éléments fixes.

Au final, ceux qui compte investir dans une PS4 doivent donc aussi penser à investir dans un téléviseur, un phénomène qui avait déjà eu lieu en 2006 lors de la sortie de la PS3.

Pour profiter pleinement de ses graphismes à couper le souffle, une bonne télé s’impose.

Votes
[Total : 1 votes en moyenne : 1]
PARTAGER
Article précédentXbox One : départ canon, mais sans précision
Article suivantInfinity Installer : une alternative à Cydia

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here