Jupiter : la NASA met en ligne une vidéo en 4K

Par l’intermédiaire du télescope spatial Hubble, la NASA a réalisé une nouvelle cartographie de Jupiter, ce qui permet à l’agence de mettre en ligne une vidéo en 4K.

La NASA a entrepris de dresser un nouveau portait cartographique des planètes les plus lointaines de notre système solaire grâce au télescope spatial Hubble, une mission qui a débuté par la cartographie de la géante gazeuse qu’est Jupiter.

« Cette collection de cartes que nous commençons à bâtir ne servira pas seulement à mieux comprendre les atmosphères de ces planètes géantes, elle permettra aussi de comprendre les atmosphères des planètes orbitant autour d’autres étoiles, mais aussi celle de la Terre », a indiqué Michael Wong, l’un des auteurs de l’étude.

Cette étude, la première d’une série, permet à la NASA de mettre en ligne une vidéo en 4K, ce qui signifie des vues de Jupiter d’une qualité que l’on n’a pas encore eu l’occasion de voir.

C’est aussi l’occasion pour les scientifiques de revenir sur l’immense tache rouge à la surface de Jupiter, une tache qui correspond à une gigantesque tempête où des vents d’au moins 530 km/h soufflent.

Selon les premières données publiées dans l’Astrophysical Journal, la NASA indique que la taille de cette tache a diminué de 240 kilomètres en un an, ce qui ne l’empêche pas d’être énorme vu que sa taille est de l’ordre de trois fois celle de la Terre.

Il est aussi précisé que cette tache rouge est désormais plutôt d’une coloration orange, et qu’un maigre filament s’enroule jusqu’à son centre, un phénomène qui n’avait jamais été observé auparavant.

Carte complète (et en gif animé !) de Jupiter.
Carte complète (et en gif animé !) de Jupiter.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentGoogle Chromecast 2 : une solution rapide et facile de rendre son téléviseur intelligent
Article suivantM2 Coupé : une féroce BMW pour s’attaquer à la concurrence

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here