La justice condamne l’« illimité » de Free vers l’étranger

La justice a donné raison aux plaignants qui avaient attaqué Free au motif que son offre « illimitée » vers l’étranger à partir d’un téléphone fixe n’était pas suffisamment claire.

L’utilisation du terme « illimité » a des limites, c’est ce que vient de découvrir Free en se faisant épingler par la justice.

Plusieurs abonnés ont en effet porté plainte contre l’opérateur au motif que leurs appels vers l’étranger à partir d’un téléphone fixe étaient systématiquement coupés au bout de 40 minutes. Les plaignants pointaient par ailleurs également du doigt le fait que Free interdit les appels à certaines heures et certains jours, voire que leurs communications étaient restreintes à deux fois 40 minutes par jour.

Grâce aux factures détaillées fournies par les plaignants, il a pu être démontré que certaines communications ont bel et bien été limitées entre 2009 et 2012. Lors de l’enquête, Free a d’ailleurs confirmé l’existence de ces limites, des limitations d’ordre techniques selon l’opérateur.

C’est sur la base de tous ces éléments que le tribunal correctionnel a condamné Free à verser deux amendes, de 50 000 et 25 000 euros, aux 19 plaignants pour les manquements constatés par rapport à la soi-disant offre « illimitée ».

Pour sa défense, Free rétorque que ce type de restriction n’a pas été contesté par les autorités compétentes, mais aussi que l’ensemble des FAI applique le même genre de mesures. Des arguments qui ne semblent pas avoir convaincu la cour de justice.

Free est condamné pour être peu clair sur les appels "illimités" vers l'étranger
Free est condamné pour être peu clair sur les appels « illimités » vers l’étranger

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentFreedomPop : la gratuité arrive bientôt en France
Article suivantSatya Nadella annonce des « changements d’habitudes » chez Microsoft

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here