Justice : Microsoft, Apple, Sony et BlackBerry contre Google, Samsung, LG, Asus et Huawei

Même si elle est très conséquente, la guerre des brevets entre Apple et Samsung pourrait prochainement ressembler à une peccadille par rapport l’affaire de violation de propriétés intellectuelles d’envergure mondiale qui menace tout le marché de la mobilité.

Une plainte pour violation de propriétés intellectuelles vient d’être déposée par le groupe Rockstar Bidco. Il est quasi certain que ce groupe ne vous parle pas et que vous n’imaginez pas comment cette plainte pourrait interférer avec le marché mondial de la mobilité.

C’est simple, en 2009, le spécialiste des infrastructures de télécommunication Nortel a fait faillite et décidé de mettre aux enchères son portfolio de brevets. Les quelque 6 000 brevets décrivant des technologies de connexion sans fil, de réseaux optiques, de gestion de données, de communication vocale ou encore de semi-conducteur ont justement été acquis pour 4,5 milliards de dollars par le groupe Rockstar Bidco. Mais ce qui est aussi important de savoir, c’est que ce groupe réunit Microsoft, Apple, BlackBerry, Sony, Ericsson et EMC.

Aujourd’hui, Rockstar Bidco, donc Microsoft, Apple et leurs alliés, a entamé des procédures judiciaires pour violation de propriétés intellectuelles à l’encontre de Google, d’Asustek, de HTC, d’Huawei, de LG Electronics, de Pantech, de Samsung et de ZTE. Rockstar estime que ces fabricants ont enfreint plusieurs brevets, comme sur certaines méthodes de navigation, sur un centre de messages intégré, ou encore sur un mécanisme permettant de retourner de la publicité à un internaute effectuant une recherche, typiquement AdWords…

À la vue des protagonistes engagés dans cette bataille, c’est bel et bien le marché mondial de la mobilité qui se retrouve dans la tourmente.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentGTA 5 Online : Rockstar Games peine à tenir ses engagements
Article suivant16 millions de Surface avant fin 2013 ? C’est le défi de Microsoft

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here