Kia : l’Optima s’apprête à conquérir l’Europe

Alors que l’Optima est encore méconnu en Europe, Kia va profiter du Salon de Francfort pour dévoiler sa seconde génération.

L’Optima est un modèle relativement méconnu sous nos latitudes, cela ne va pas empêcher Kia de faire le forcing pour tenter d’imposer ce modèle face aux Peugeot 508, Volkswagen Passat et Renault Talisman. Sa présentation européenne se fera à l’occasion du Salon de Francfort.

En fait, il va s’agir de la seconde génération, une voiture qui a déjà été dévoilée au Salon de New York.

Pour cette seconde génération de l’Optima, le constructeur coréen a décidé d’apporter des changements en douceur. C’est ainsi que le nouveau modèle conserve ses lignes au caractère certain. Pour ceux qui connaissent le modèle actuel, on notera l’apparition d’une troisième vitre latérale.

La familiale a également droit à la dernière version de la calandre Tiger Nose, élargie pour s’étendre d’un phare à l’autre. Le bouclier avant est spécifique pour l’Europe.

Dans l’habitacle, la planche de bord semble très proche des celles proposées par BMW sur ses modèles récents, notamment au niveau du GPS à l’horizontale. Kia promet une finition soignée.

Il est à noter qu’un chargeur de téléphone à induction est proposé en option.

Sous le capot, l’Optima a droit à deux moteurs pour son lancement : un quatre-cylindres essence de 2 litres et 163 ch, accolé à une boite manuelle à six rapports ou une boîte automatique à six rapports aussi. Le bien connu 1.7 CRDI sera aussi proposé avec sa puissance de 141 ch, associé à une boîte manuelle à six rapports ou une boîte à double embrayage et sept rapports.

Plus tard, la gamme des motorisations sera amenée à évoluer avec notamment l’arrivée d’une version hybride rechargeable pour 2016, en même temps que l’arrivée d’une déclinaison sportive.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentQue serait la Terre si l’humain n’avait jamais existé ?
Article suivantGoogle : création d’une nouvelle filiale de biotechnologie dédiée aux sciences de la vie

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here