Kodak : le smartphone IM5 a peu d’argument pour convaincre

L’arrivée de Kodak sur le marché des smartphones était annoncée. Malheureusement, son IM5 semble cruellement manquer d’argument pour convaincre.

Cela faisait un certain temps déjà que des rumeurs évoquaient l’arrivée de Kodak sur le marché des smartphones. C’est désormais chose faite vu que l’IM5 a été officiellement dévoilé dans le cadre du CES 2015.

Alors que l’image d’un appareil immonde circulait sur internet, le smartphone de Kodak ne correspond pas du tout à ce cliché, même si la réalité n’est pas forcément plus avenante.

En effet, alors que le marché des smartphones est hyperconcurrentiel, l’appareil de Kodak, fabriqué par Bullit, ne propose absolument aucune originalité au niveau de son design.

Annoncé à 229 euros pour la fin mars, l’IM5 embarque un écran 5 pouces 720p, un SoC Mediatek 6592 octo-core cadencé à 1,7 GHz un peu vieillissant, 1 Go de RAM, 8 Go de stockage extensible par un port carte micro SD, sans compatibilité 4G. Cela semble un peu léger face aux produits concurrents.

Kodak oblige, on peut s’attendre à ce que le point fort de l’IM5 soit sa partie photographique. Il est équipé d’un capteur principal de 13 mégapixels et frontal de 5 mégapixels, et embarque un logiciel de traitement et gestion d’image « unique ». Selon les premières vidéos de démonstration, le résultat est plutôt moyen en étant très classique et plutôt saccadé.

La réelle innovation, pour autant que cela en soit une, est son interface générale. Basée sur Android 4.4, elle est relookée pour présenter d’immenses icônes, un design qui plaira certainement aux personnes qui sont moins à l’aise avec les écrans tactiles des smartphones, ou qui ont des problèmes de vue.

Au final, ce IM5 semble cruellement manquer d’argument pour convaincre.

photo-1-kodak-im5

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentDécouverte de deux exoplanètes similaires à la Terre
Article suivantCES 2015 : Mercedes dévoile le concept-car d’une voiture pour la prochaine décennie

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here