La fiabilité de l’appli Info-Neige MTL remise en doute

La fiabilité de nouvelle application Info-Neige MTL proposée par la ville de Montréal est critiquée par certains spécialistes de la technologie.

L’application Info-Neige MTL est un projet-pilote de la ville de Montréal. La ville a investi 50 000 dollars dans le développement de cette application qui doit fournir des informations sur l’état du déneigement.

Selon François Charron, chroniqueur technologique, cette application ne témoigne pas de la volonté de Montréal d’être une ville intelligente. Il déclare : « Je ne veux pas dire que c’est inutile, mais essentiellement ce que les gens veulent c’est de connaître l’état du déneigement en temps réel. Quand on nous dit que les informations sont entrées par des employés, ça enlève pas mal l’instantanéité recherchée ».

Mercredi matin, lors de la présentation aux élus du bilan de la première tempête de neige 2014-2015, Guylaine Brisson, directrice du Service de concertation des arrondissements, explique que « La saisie des informations n’est pas automatisée, mais se fait de façon manuelle par des employés. C’était un premier chargement, ce qui fait en sorte qu’on a eu certaines données qui n’étaient pas à jour ».

Harout Chitilian, le responsable de la ville intelligente, commente pour sa part : « On a été très transparent. Dès le début on a dit que les données seraient rafraîchies quatre fois par jour ». Il ajoute qu’au total, 50 cas de non-concordance des données ont été recensés durant l’opération de chargement de neige. D’après lui, Info-Neige MTL vise à informer les gens sur les opérations de déneigement en cours et, de ce côté-là l’administration « a livré la marchandise ». Il précise également que « L’information en temps réel : c’est notre but ultime. Mais on ne peut pas dire qu’il n’y a eu aucune évolution au niveau du déneigement ».

Considérant qu’« On a une seule chance d’avoir une bonne impression. Je crois que dans ce cas-ci, tristement il y a beaucoup de gens qui auront l’impression que l’application ne sert à rien et qui vont cesser de l’utiliser », commente encore François Charron.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentDoux rêve ou arnaque pour le smartphone virtuel Cicret
Article suivantTechnologie : il contrôle ses bras bioniques par la pensée

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here