La marque Vaio revient avec un Vaio Phone [VIDÉO]

Vaio, l’ancienne filiale de Sony connue pour ses PC, revient sur le devant de la scène avec un Vaio Phone.

La marque Vaio, l’ancienne filiale de Sony reprise par Japan Industrial Partners, a refait parler d’elle lors de l’officialisation des Vaio Z et Vaio Z Canvas. Aujourd’hui, elle revient carrément sur le devant de la scène en dévoilant un Vaio Phone.

Alors que des rumeurs évoquaient cet appareil, le fait qu’il apparaisse dans la boutique du MVNO japonais B-Mobile estompe tous les doutes qui étaient encore permis.

Sobrement baptisé Vaio Phone, ce terminal est un smartphone équipé d’un écran IPS HD de 5 pouces, d’un SoC quad-core cadencé à 1,2 GHz, e 2 Go de RAM, de 16 Go d’espace de stockage extensible par microSD, un capteur photo principal de 13 mégapixels, une caméra frontale de 5 mégapixels, de la connectivité 4G, Wi-Fi et Bluetooth, le tout fonctionnant sous Android 5.0 Lollipop.

Son appellation exacte est par ailleurs VA-10J, ce qui est nettement moins sexy que Vaio Phone.

Détail intéressant, ce Vaio Phone ressemble à s’y méprendre à l’Eluga U2 de Panasonic, un smartphone qui est disponible sur certains marchés depuis quelques semaines. Ses caractéristiques phasiques sont identiques, tout comme ses composants électroniques.

Pour l’instant, seul B-Mobile semble vouloir commercialiser le Vaio Phone. Il est proposé à un peu moins de 4 000 yens (31 €) par mois adossé à un forfait incluant voix, messages et data.
Selon les rumeurs, ce smartphone devrait être commercialisé à l’échelle mondiale, à un prix et à une date pour le moment inconnu.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentApple : la CIA et la NSA se sont alliées contre iOS et OS X
Article suivantAegirocassis benmoulae : un monstre marin vieux de 480 millions d’années

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here